Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Littérature - Page 4

  • Antoine BLONDIN et l'OUVERTURE

    gond,porte,ouverture,

     

    Comment lui dire que de sourds ressorts se détendent dès que les trains recommencent à rouler ; comment lui expliquer que la paix rend l'homme fou, que les femmes se mettent brusquement à fumer, les idiots à faire de la politique, les rêveurs à s'ébranler ?

    Je luis dis :

    "J'ai voulu connaître d'autres cieux, me rapprocher du foyer où se font les échanges humains ; j'en ai longtemps été empêché par la guerre. Sitôt que j'ai vu l'ouverture, j'ai filé.

     

    Antoine BLONDIN, L'humeur vagabonde, La table ronde, 1955

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Sony LABOU TANSI TRINQUE

    bière,trinquer,soleil,

     

    Nous avions commencé à trinquer, nous qui, depuis toujours, avions regardé le soleil se lever et se coucher tous les jours aux mêmes endroits.

     

    Sony LABOU TANSI, Le commencement des douleurs, Seuil, 1995

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Dominique ROLIN

    clavier,verrou,tabulation,

     

    Non, je n'irai pas à la ligne. Le texte doit continuer d'un seul tenant, bloc d'opacités dissimulant toutes les extensions, les contractions, les dilatations des temps, des paroles, des lieux, des silences. Non, je n'irai pas à la ligne pour indiquer le suspens, la pause, le hoquet, le saut. J'exige un fondu-enchaîné interrompu entre le là-bas d'autrefois et le ici de maintenant.

     

    Dominique ROLIN, L'infini chez soi, Denoël, 1980.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VIE selon Dominique ROLIN

    gazelle,antilope,survie,,

     

    La vie n'existe pas davantage que le temps. La survie est la seule réalité de ce monde.

     

    Dominique ROLIN, L'infini chez soi, Denoël, 1980.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La RIME selon Milan KUNDERA

    eu,lettres,rime,

     

    Par le poème, l'homme manifeste son accord avec l'être, et la rime et le rythme sont les moyens les plus brutaux de cet accord. Et la révolution qui vient de triompher n'a-t-elle pas besoin d'une affirmation brutale de l'ordre nouveau et, partant, d'une poésie pleine de rimes ?

     

    Milan KUNDERA, La vie est ailleurs, trad. Fr.Kérel, Gallimard, 1973

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Sous l'ANGLE de Germaine KRULL

    vitre,opaque,

     

    Chaque angle nouveau multiplie le monde par lui-même. 


    Germaine KRULL, Études de nu, Calavas, 1930

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Les MORTS selon ZÉNON

    écriture,auteurs,

     

    Hécaton et Apollonius de Tyr, dans le premier livre "Sur Zénon", racontent qu'il demanda à l'oracle à quoi il était préférable qu'il occupât sa vie, et que le dieu lui répondit : "en devenant de la couleurs des morts" ; il comprit et lut les auteurs anciens.

     

    Diogène Laërce, in Les stoïciens, Tel - Gallimard, 1962.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PENSER selon Marguerite YOURCENAR

    statue,penser,totem,

     

    Les escarmouches avec les théologiens avaient eu leur charme, mais il savait fort bien qu'il n'existe aucun accomodement durable entre ceux qui cherchent, pèsent, dissèquent, et s'honorent d'être capables de penser demain autrement qu'aujourd'hui, et ceux qui croient ou affirment croire, et obligent sous peine de mort leurs semblables à en faire autant.

     

    Marguerite YOURCENAR, L'œuvre au noir, Gallimard, 1968.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent