Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vérité

  • VÉRITÉ

    d,select,lettres,,

     

    discours

    lignes sinueuses

     

    vérité

    du poème

     

    point nommé

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VÉRITÉ

     

     

    courbe,

      

    Impossible à dénuder totalement, à puiser du  cercle fermé de sa nuit, rétive à séparer l'or et la boue du fleuve qui l'a pétrie, sa promesse est  inscrite au front des mortels, au risque d'un effacement fatal. Dire la vérité, main levée, sent la gageure, droite qui s'efforce de rejoindre la courbure des choses nécessaire à leur déséquilibre tangent.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • RAISON

    reflet,yeux,

     

    âge de raison

     

    la vérité éclate

    miroir cassé

     

    reflets

    pour œil d'or

     

    malheur est bon

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gérard MACÉ et la VÉRITÉ

    écailles,poisson,vif-argent,

     

    La pensée dont la ligne s'enfonce

    en attendant que la vérité

    morde à l'hameçon.

     

    Mais la vérité n'est pas ce poisson mort

    qu'on vend à la criée. C'est le vif argent

    qui file entre les doigts, c'est l'ombre

    autant que la proie, l'anguille sous la roche

    qui va mourir en haute mer.

     

    Gérard MACÉ, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Le bruit du temps, 2015.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nombres 21, 22 (commentaire 2)

    puits,

     

     

    Et la terre, qu'on rejette aussi sur les côtés, mais pour la parcourir vers ses profondeurs

    dans la forme parfaite d'un cercle, d'une cible où viser l'eau pour nos vies

    si lointain miroir qu'on n'y distingue pas sa vérité

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Tirés des sables, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Emmanuel LEVINAS : LUMIÈRE du PERSONNEL

    J'ai souvent insisté dans mes commentaires sur l'importance que revêt dans le Talmud la question de savoir qui a enseigné, qui a énoncé, qui a transmis telle ou telle vérité. J'ai parlé de l'importance que semble conserver, pour tout énoncé, la personne de l'auteur : non pas pour souligner éventuellement le caractère subjectif de toute vérité, mais aussi pour ne pas faire perdre, dans l'universel, la merveille et la lumière du personnel, pour ne pas transformer le domaine du vrai en règne de l'anonymat.

     

    Emmanuel LEVINAS, À l'heure des nations, Minuit, 1988.

    visage,

    Exposition à Ste Gemme le Robert.

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Octavio PAZ : la QUIÉTUDE dans le MOUVEMENT

    ...

    Entre le faire et le voir,

        action ou contemplation,

    j'ai choisi l'acte des paroles :

        les faire, les habiter,

    donner des yeux au langage.

        La poésie n'est pas la vérité :

    elle est résurrection des présences,

        histoire

    transfigurée en vérité du temps sans date.

    La poésie,

        comme l'histoire, se fait ;

            la poésie

    comme la vérité, se voit.

        La poésie :

            incarnation

    du soleil-sur-les-pierres en un seul nom,

        dissolution

    du nom dans l'au-delà des pierres.

    La poésie,

        pont suspendu entre histoire et vérité,

    n'est pas un chemin vers ceci ou cela :

        c'est voir

    la quiétude dans le mouvement,

        le passage

    dans la quiétude.

        L'histoire est le chemin :

    en marche vers nulle part,

        notre chemin à tous,

    le parcourir est notre vérité.

        Nous n'allons ni ne venons :

    nous sommes dans les mains du temps.

        La vérité :

    nous savoir,

        dès l'origine,

            en suspens.

    Fraternité sur le vide.


    Octavio PAZ
    , Le feu de chaque jour, Trad. Cl. Esteban, Gallimard 1979.
     

    octavio paz,vérité,histoire



    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent