Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

gérard macÉ

  • Gérard MACÉ MET le MASQUE

    masque,

     

    Pour m'endormir, je mets

     

    le masque du sommeil : un léger voile

    que je tisse avec les événements du jour

    et les mots dont je perds le fil en m'endormant.

    Une toile aussi fine que celle de l'araignée

    où restent au matin des lambeaux de rêves :

    des images prises au piège, les discours décousus

    d'un somnambule qui se réveille.

    ...

     

    Gérard MACÉ, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Le bruit du temps, 2015.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gérard MACÉ et la VÉRITÉ

    écailles,poisson,vif-argent,

     

    La pensée dont la ligne s'enfonce

    en attendant que la vérité

    morde à l'hameçon.

     

    Mais la vérité n'est pas ce poisson mort

    qu'on vend à la criée. C'est le vif argent

    qui file entre les doigts, c'est l'ombre

    autant que la proie, l'anguille sous la roche

    qui va mourir en haute mer.

     

    Gérard MACÉ, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Le bruit du temps, 2015.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gérard MACÉ et le LANGAGE

    balance,

     

    Vieux penseur

     

    qui ne veut rien changer au langage,

    tu pèses les choses et les astres, et même

    les souvenirs sur des balances où le temps

    met tout son poids.

    ...

     

    Gérard MACÉ, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Le bruit du temps, 2015.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gérard MACÉ : C'EST LE CŒUR

     

    Vieux penseur 

    qui ne veux rien changer au langage,

    tu pèses les choses et les astres, et même

    les souvenirs sur des balances où le temps 

    met tout son poids. Vieux penseur sans visage, 

    tu nous parlais des vérités consolantes, 

    du travail et de la magie, de l’absente 

    de tout bouquet dont les pétales 

    étaient un emblème : le langage n’a pas

    d’odeur, ni la fleur d’or de la mélancolie.

     

    Tu sais qu’une rose est une rose dans toutes les langues. 

    Autrefois c’était un reste de raison qui t’empêchait

    de croire au sens caché, aujourd’hui c’est le cœur

    qui refuse de s’emballer, de battre plus vite

    en courant après des fantômes

     

    Gérard Macé, Homère au royaume des morts a les yeux ouverts, Le Bruit du temps, 2015.

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gérard MACÉ : le LATIN RETROUVÉ

    Pour que l'aqua devienne de l'eau, il a fallu que l'érosion de la consonne, l'usure des voyelles transforment un rocher en sable fin.
     

    Gérard MACÉ, revue Europe N° 1000.

     

    eau,rocher,

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent