Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur du vent

  • TAXI

    taxi,phares,

     

    l'adresse

    au taxi

     

    itinéraire

    faufilement

     

    l'adresse

    du taxi

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CHEVREUIL

    forêt,fougères,,

     

    Oblique la curiosité du chevreuil

    comme sa fuite

    au frêle de sa course

    du coin de l'œil

     

    losange son corps

    avant qu'il l'enfouisse dans sa matrice d'ombre

    sous l'hommage des fougères

    le silence complice des aulnes

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Roland BARTHES et HAÏKU (2/2)

    carrelage,soleil,apparition,

     

    Le haïku ne décrit jamais : son art est contre-descriptif, dans la mesure où tout état de la chose est immédiatement, obstinément, victorieusement converti en une essence fragile d'apparition : moment à la lettre "intenable", où la chose, bien que n'étant déjà que langage, va devenir parole, va passer d'un langage à un autre et se constitue comme le souvenir de ce futur, par là même antérieur.

     

    Roland BARTHES, L'empire des signes, Albert Skira, 1970

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Roland BARTHES et HAÏKU (1/2)

    coquelicots,

     

    Le haïku fait envie : combien de lecteurs occidentaux n'ont pas rêvé de se promener dans la vie, un carnet à la main, notant ici et là des "impressions", dont la brièveté garantirait la perfection, dont la simplicité attesterait la profondeur (en vertu d'un double mythe, l'un classique, qui fait de la concision une preuve d'art, l'autre romantique, qui attribue une prime de vérité à l'improvisation).

     

    Roland BARTHES, L'empire des signes, Albert Skira, 1970

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • JAUNE

    galets,ovale,,

     

    ovale

    et jaune

    du visage

     

    les yeux noirs

    et bridés

     

    la forme d'une cité

    interdite

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • אף : le NEZ-COLÈRE

    mur,briques,grises,

     

    Comme au milieu de la figure, les mauvaises humeurs se voient, péninsule au devant de la tempête

    et la colère pointe, s'insinue en courants chauds et passe le cap rugissant où naufrage toute maîtrise

    D'un souffle du nez, l'autre est rejeté, expulsée son humanité, et mouchée l'étincelle de son regard

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • VIANDE

    antilope,chasse,

     

    banderilles

    de la fourchette

     

    acharnement

    du couteau

     

    viande saignante

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La LUNE selon Gisèle PRASSINOS

    nuit,nuit des chimères,cathédrale,le mans,
    La nuit des chimères 2020, Le Mans

     

    Lune sans sel

    que chaque nuit défigure

    ou déporte le temps.

    Forteresse et colombe

    marbre évanescent

     

    la terre est invisible.

    Pour y croire

    se connaître vivant

    il n'y a que ton œil

    même occlu, en exil

    où dormir s'amarre.

     

    Gisèle PRASSINOS, Pour l'arrière saison, Belfond, 1979

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent