Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur du vent

  • Isabelle PINÇON et les CHÂTEAUX

    briques,rouge,noir,

     

    On veut toujours construire des châteaux plus grands que soi quand on est un homme, c'est une manie dont on a du mal à se débarrasser. Mais dans les couloirs sombres circulent des fantômes qui n'hésitent pas à user de leur drap pour étrangler l'orgueil.

    Les hommes alors tombent dans les oubliettes tandis que les femmes grimpent tout en haut du donjon.

     

    Isabelle PINÇON, C'est curieux, Cheyne, 1995

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • INONDATION

    inondation,grenuille,

     

    France Culture 17/2/20 06:35

    Les frontières dissoutes
    la dérive menace
    non l'ours blanc
    mais les léopards le dos tourné à l'Europe

    Derrière cette Manche grandissante
    alertes inondation en Angleterre
    une terre s'amenuise
    une île fond à nos yeux
    sous son autre emblème la pluie

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Breaking words, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PAYSAGE

    bouleau,paysage,

     

    Incisive attaque

    les cordes grincent

    de Chostakovitch

    pour pis que nous pendre tous

     

    et fendu de ce sourire

    c'est un paysage qui se délecte de vents glaciaux 

    en saupoudre plaines et villes ensauvagées

    d'usines et de guerre

     

    De ce train s'enfument les longitudes

    aux populations grisées d'espaces vierges

    remâchant leur hiver sans futur

     

    il n'y a d'ombres qu'imprimées sur les affiches

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • COLÈRE

    pavés,

     

    colère rentrée

     

    canines

    sous les lèvres

     

    pavés

    en la chaussée

     

    involté

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ASSIS

    assis,froid,bleu,
    Alexandre MIJATOVIC, St Pierre sur Erve, 2019

     

    Assis

    comme en surplomb

    à contempler quelle musique

     

    immobile

    quand le froid soufflerait la conscience

     

    de même le bleu

    à l'apogée de la Méditerranée

    si peu de mots savaient le rendre

     

    la gorge fait un goulet

    où court un large vent

    étrangement

     

    quelqu'un viendra me dire

    tu crois trop en les mots

    tu marches les pieds tordus

    quand écouteras-tu vraiment ?

     

    je saurai qui est là

    qu'un maître passe

    et que ça fleurit

    et que ça flétrit

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VIE selon Ludovic JANVIER

    lune,rêve,

     

    Notre vie ressemble à dormir

    on y rêve qu'il fait beau

    de temps à autre une peur

    casse tout de son orage

    sans rien faire nous attendons

    que la gloire nous couronne

    les jours passent rien ne vient

    mourir va nous laisser sans voix

    seul à seule avec la musique

    nos amours c'était la parole

     

    Ludovic JANVIER, Une poignée de monde, Gallimard, 2006

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le COLLAGE

    penderie,transparence,textiles,

     

    Désaxée, une porte grince sur une sinfonia de papiers échantillonnés, vieux ou d'actualité, cartons alimentaires ou textiles à l'indécence organique de mannequins à l'encan ou de guitares désossées. La reproduction est fidèle, passée par le fil des ciseaux, à la tromperie de l'œil, et de ses perspectives boiteuses fait son  impression floue à l'envers d'une paupière retournée du rêve.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le MUSÉE (4/4)

    moustique,cousin,

     

    4, gêne

     

    Une gêne toujours affecte les musées, enfant celle des dimanches de flanelle et d'ennui hérissés puis, mûr, celle des lombaires inflammées de piétinements, de crucifixions aux cimaises. Celle du siècle aussi qui ne donne plus rien à voir que par le prisme de pixels étroits, décor pour une toile infinie où se tracent des visages aux sourires binaires et sans énigme.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent