Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur du vent

  • Nicolas LABIS : PAS l'ENVIE

    vitrail,église,mur,

    Épitaphe

     

    Je n’ai pas eu l’envie d’abattre des soleils vivants

    Ou d’arracher des étincelles aux planètes mortes

    Mais j’ai tenté d’incendier la brume sombre

    Le raisin de la rêverie des hommes de mon temps.

     

    Nicolas LABIS (adaptation Charles Dobzynski), Action Poétique n° 24, juin 1964.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Miroslav HOLUB à la PORTE

    buis,porte,dehors,

    La porte

     

    Va et ouvre la porte.

    Dehors il y a peut-être

    un arbre ou une forêt,

    ou un jardin,

    ou une ville magique.

     

    Va et ouvre la porte.

    Il y a peut-être un chien qui gratte,

    il y a peut-être un visage,

    ou un œil,

    ou l’image d’une image.

     

    Va et ouvre la porte

    S’il y a de la brume,

    elle se dissipera.

     

    Va et ouvre la porte

    Et s’il n’y avait que le tic-tac des tenèbres,

    et s’il n’y avait qu’un souffle creux

    Même s’il n’y avait rien.

     

    Va et ouvre la porte

    Il y aura au moins un courant d’air.

     

    Miroslav HOLUB (traduit du tchèque par François Kerel), Action Poétique n° 24, juin 1964.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • 10 VERS pour Steve REICH

    steve reich,

    Couplets

    droit sortis de leurs alvéoles

    en armées crochues d'uniformes couleurs

    les foules s'hypnotisent de ce Reich

    pacifique

    qui sape les ruines

    pour relever des palais

    fait remonter les sables

    aux vitraux

    aux miroirs brisés

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Lyonel TROUILLOT et GRANDEUR du PASSÉ

    grandeur du passé,

    ...

    Tes seins ont poussé,

    et ta sagesse,

    et tes cheveux.

    Sache-le désormais :

    Ce n'est pas avec la grandeur du passé qu'on fabrique des lendemains.

    Ce n'est pas la mélancolie qui t'amènera à ton essence.

     

    Lyonel TROUILLOT, Le doux parfum des temps à venir, Actes Sud, 2013.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • NOS RACINES

    terre,pieds,

    Nées de la grand-nuit d'avant nous

    dans cette terre-ci

    ou celle-là pourquoi pas

    nos racines ne valent

    que pour l'élan qu'elles nous donnent

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ÉVIDENCE selon Jeanine MOULIN

    lampe,lumière,

     

    L'évidence

     

    Elle ne s'entoure pas de mots,

    de ces mots qui engagent parfois le poète,

    dans un marais de poissons flétris.

     

    L'évidence,

    on la trouve parfois à l'hôpital

    sur une feuille de températures

    sans syllabes,

    pleine de chiffres qui ne riment pas,

    muette et blanche

    au seuil de cette mort

    qui inspire tant de mots aux poètes,

    mais ne parle pas.

     

    Jeanine MOULIN, Les mains nues, Librairie St Germain des Prés, 1971.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EXALTÉS

     

    amour et chair

    exaltés

    cul par-dessus tête

     

    ne me touche pas

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • INTERSTICES

     

    silence

    regards

    importance des interstices

     

    la vie n'est pas un jeu

    de rôles

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent