Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sur du vent - Page 5

  • LATIN

    bibliothèque,livre,rouge,

     

    le latin

    brillant

     

    revenu

    par l'anglais

     

    enfant prodigue

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le FOU selon Italo CALVINO

    bois,fente,

     

    Tout cela était bien beau, mais moi, j'avais l'impression que, pendant ce temps, mon frère n'était pas simplement devenu complètement fou, mais qu'il était en train de devenir légèrement imbécile, chose autrement plus grave et plus douloureuse, parce que la folie est une force de la nature, dans le bien ou dans le mal, tandis que l'imbécillité est une faiblesse de la nature, sans la moindre contrepartie.

     

    Italo CALVINO, Le baron perché, 1957 (trad. M. Rueff, Folio 2018)

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • GUERRES

    mur,briques,rouges,

     

    Dieu

    avec la terre

    donne l'éternité des guerres

     

    le lait

    caillé dès le regard de la mère

    et le miel

    dans la perte des abeilles

     

    Il donne des querelles

    qu'emporte le glas

    sur le carillon

     

    des murs

    d'où l'ombre fraîche doit s'effacer

    sous la ronce

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gisèle PRASSINOS encore dans le SOIR

    prophètes,soir,cathédrale,

     

    Le soleil claironne l'approche du soir

    embrase la barbe des nuées.

    Encore un jour laissé

    de l'autre côté du temps.

     

    Qui ne le sait ?

     

    Seul le lilas étourdi

    écoute la mort des abeilles sans pâlir

     

    Gisèle PRASSINOS, L'instant qui va, Folle Avoine, 1985

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • VOYAGEURS

    rouge,train,marquage,

     

    Les voyageurs sont absents

    de leur voyage

     

    Des mots meurent derrière leurs barreaux

    achoppant sur leur butée, noire et carrée

    Des billes font une pluie de couleurs

    acidulée et incessante

     

    La rêverie renonce à s'agripper

    de poteau télégraphique en poteau télégraphique

    Les carrés des prés échouent

    à tisser un paysage

     

    Ce train

    où chacun s'affaire à ses feintes

    ne destine à aucun lieu

    C'est un train qui tourne

    sur le temps

    en forme de point

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • César VALLEJO et la CONSCIENCE

    visage,selle,portrait,

     

    ...

    Aujourd'hui je tâte mon menton en fuite

    et dans ces pantalons éphémères je me dis :

    Tant de vie et jamais !

    Tant d'années et toujours mes semaines !...

    Mes parents enterrés sous leur dalle

    et leur triste raidissement qui n'en finit pas ;

    des frères, mes frères et leur portrait en pied,

    et moi-même, enfin, debout et en gilet.

    ...

     

    César VALLEJO, Poèmes humains, 1923-37, Seuil (trad. Fr.Maspero, 2011)

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • POITRINE

    arbre,ombre,tête,mousse,

     

    dépourvu d'air

    de jour

    de nuit

     

    dans notre poitrine

    un arbre

    branches sciées

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • SOUPIRANT

    plumage,coq,

     

    soupirant

    devant sa belle

     

    les joues creusées

     

    prêt

    à se dégonfler

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent