Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • La VIEILLESSE selon Claude ESTEBAN

    vieillesse,arbre,

     

    C'est si facile

    de mourir,

    je veux qu'on vieillisse comme un arbre.

     

    Claude ESTEBAN, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER CHANTE

    ombre,chanter,

     

    ...

    et que ça jazze ou rocke ou valse au ras de l'enragé

    qui cherche la saignée d'azur par où sortir

    lorsque je veux chanter ça n'est jamais tout à fait ça

    ma voix d'infirme court après la voix loin devant moi

    je suis le fredonneur têtu d'un air jamais fini

    un peu faux toujours (le vrai me reste dans la gorge)

    je suis le clown d'un récital inoubliable

    dont voici les paroles veuves et le bégaiement

     

    Ludovic JANVIER, Doucement avec l'ange, L'arbalète Gallimard, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER RESPIRE

    respirer,arbre,feuillage,

     

    On prend le temps de respirer toute la dormeuse

    mais sur une passante on se retourne déchiré

    d'un seul coup par ce sourire imprévisible

    surgi d'enfance en souvenir d'on ne sait quoi

    un sourire venu à fleur et resté comme une ombre

    offerte et retirée à tous les promeneurs

    ...

     

    Ludovic JANVIER, Doucement avec l'ange, L'arbalète Gallimard, 2001.

     

     

    Que 2020 vous soit riche de respiration, de passant(e)s et de sourire !

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques DARRAS au CHAMP de MARS

    tour eiffel,champ de mars,

     

    ...

    C'est là aussi qu'Auguste Eiffel

    Planta sa nouvelle colonne

    Vertébrale comme d'un gigantesque

    Fossile échappé au Jardin

    De Cuvier se dressant tout droit

    Pour annoncer l'évolution

    Au monde, d'une langue de métal,

    Une espèce de saurien charrié

     

    Par la Seine vers l'aval, iguane

    Se désembourbant du Déluge.

    ...

     

    Jacques DARRAS, Autobiographie de l'espèce humaine, 1/nuit 3 cailloux, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Les JOURS COURTS selon Raymond QUENEAU

    ours,polaire,hiver,

     

    Ainsi va le cours

    des jours

    courts

    Ainsi va le gel

    Ainsi va la neige

    Ainsi vont les ours

    lourds

    ...

     

    Raymond QUENEAU, Morale élémentaire, Gallimard, 1975

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques DARRAS À L'EAU

    globe,océan,terre,

     

    ...

    L'eau je m'y couche comme un berceau

    Bien qu'aujourd'hui j'ai cinquante ans

     

    De vie mais comment mesurer

    L'âge de l'eau ? L'âge de l'arbre

    Se compte aux anneaux qui entourent

    L'aubier mais le cœur d'un liquide

    Est dans sa transparence c'est le

    Reflet qu'on y projette qui

    Vieillit, l'eau ne croît pas en âge,

    Son débit s'accroît à l'envers

     

    De moi qui me taris près de

    Ma fin...

     

     

    Jacques DARRAS, Autobiographie de l'espèce humaine, 1/nuit 3 cailloux, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VIEILLESSE selon Jorge Enrique ADOUM

    neige,tamaris,hiver,branches,

     

    (Voici la vieillesse amèrement lucide, tristement insensible

    au mouvement des croupes qui, dans le déhanchement de l'été,

    pouvaient autrefois t'éblouir jusqu'à la damnation.

     

    Voici la vieillesse qui traîne sa vie de jour en jour,

    comme si le corps était le même qu'avant-hier

    et elle regarde sans compassion ni haine ses bielles aujourd'hui usées,

    la chair emprisonnée dans les geôles du rêve et d'une chemise.

     

    Pourquoi vouloir vivre seulement pour se survivre,

    s'il n'y a pas moyen d'obstruer les fissures de sa propre statue

    détruite lors du transfert du paradis où, nue, doublée,

    elle était fière de se soumettre aux codes charnels.

     

    Mais la proximité de la faille ultime et accueillante,

    cette conscience de précadavre, ce qui revient au même,

    nous fait envier, pour n'être pas ressuscité à temps,

    l'amour attaché à la mort,

    l'un décorant l'autre,

    tous deux se méritant.)

     

    Jorge Enrique ADOUM, L'amour désenfoui, trad. F-M Durazzo, Myriam Solal Editeur, 2008

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER à VENISE

    fenêtre,dentelle,alençon,

     

    ...

    et Venise ! c'est tous les jours ma fête à Venise

    où tous les ponts mènent à revoir

    la danse aux moires aux ocres aux brouillards

    et ces dentelles où penser glisse en barque

    ...

     

    Ludovic JANVIER, Doucement avec l'ange, L'arbalète Gallimard, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent