Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • La SOUFFRANCE selon C.K. WILLIAMS

    houx,roche,

     

    Même en cet instant, je n'ai pas envie de raconter cet épisode, je le connais si bien, pourquoi le ressasser ?

    Qu'est-ce qui nous ramène sans cesse à ces failles qui si obstinément retiennent notre violente souffrance ?

    Y a-t-il en nous des blessures dont la profondeur nous échappe ? le chagrin même serait-il communion et réconfort ?

     

    C.K. WILLIAMS, Gratitude, Trad. Cl. Malroux, Le cri, 1996

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Constantin KAÏTERIS et AGNÈS

    ombre,plante,

     

    AGNÈS

     

    Il a mal fait

    ses comptes d'horticulteur

    le tuteur

    qui croyait que la plante

    empotée

    grandie sous serre

    mais garantie naturelle

    s'enroulerait à lui   arrivée à maturité

    Vu du balcon sous le soleil

    le premier venu a suffi

    à la faire s'évanouir dans la nature

     

    Constantin KAÏTERIS, Héroïnes, Les vanneaux, 2012

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÉCRIRE selon Raymond FEDERMAN

    écriture,rouge,

     

    ...

    pourquoi écrire

    pour dire

    exactement

    ce qu'on voulait dire

    avant de commencer

    ...

     

    Raymond FEDERMAN, Coups de pompes, Le mot et le reste, 2007

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Louise BROOK selon Constantin KAÏTERIS

    noir,blanc,courbe,

     

    LOUISE BROOK

     

    Entièrement dessinée

    à première vue

    en lignes dures et courbes

    femme-fille fatale à soi

    claquant la porte muette

    d'une carrière minée d'impératifs

    De la necessité du silence

    s'envole un sphinx soudain

    parlant

    entre les vertiges du noir

    et les vestiges du blanc

     

    Constantin KAÏTERIS, Héroïnes, Les vanneaux, 2012

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La MÉMOIRE selon Jean PORTANTE

    trace,pattes,mouette,

     

    ...

    dès l'origine c'est la mémoire qui s'enfuit

    & la poussière qui descend comme de la poussière & dit

    me voici enfin sur terre

    ...

     

    Jean PORTANTE, Ex-odes Poèmes cubains, Phi, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ARBRE selon Roberto JUARROZ

    arbres,forêt,feuillage,

     

    Un arbre est la forêt.

    S'étendre sous son feuillage,

    c'est écouter tout le son,

    connaître tous les vents

    de l'hiver et de l'été,

    recevoir toute l'ombre du monde.

     

    S'arrêter sous ses branches sans feuille,

    c'est réciter toutes les prières possibles,

    faire taire tous les silences,

    avoir pitié de tous les oiseaux.

     

    Rester debout à côté de son tronc,

    c'est élever toute la méditation,

    réunir tout le détachement,

    deviner la chaleur de tous les nids,

    rassembler la solidité de tous les doutes.

     

    Un arbre est la forêt.

    Mais pour cela il faut

    qu'un homme soit tous les hommes.

    Ou aucun.

     

    Roberto JUARROZ, Dixième poésie verticale, Trad. F.M.Durazzo, Corti, 2012

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La PERFECTION selon Jean PORTANTE

    lézard,verre,cercle,

     

    que de choses parfaites dans le seul fait d'être

    d'être de voir de pouvoir

    d'être de parler toujours de se taire

    taire si en nous la trace du crépuscule est crépusculaire

    si les nuages à peine allumés pressentent le ciel

    si la terre tremble d'être

    ...

     

    Jean PORTANTE, Ex-odes Poèmes cubains, Phi, 1991

     

    Quelle que soit la couleur de votre gilet,
    que 2019 soit l'année du pouvoir d'être !

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Les LIMITES selon Roberto JUARROZ

    Roberto JUARROZ,pensées,dieux,limiter,rideaux,ombres,

     

    ...

    N'y aurait-il pas aussi des pensées

    qui existent seulement pour qu'on s'y heurte ?

    N'y aurait-il pas aussi des dieux

    qui existent seulement pour limiter l'infini ?

    ...

     

    Roberto JUARROZ, Dixième poésie verticale, Trad. F.M.Durazzo, Corti, 2012

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent