Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • la MORT selon Nelly SACHS et ABRAHAM

    coquelicot,pétales,

     

    ...

    Personne ne sait plus la chute sans bruit des pétales

    depuis que tombe des airs la mort savamment inventée -

    ...

     

    Nelly SACHS, Éclipse d'étoile, trad. M.Gansel, Verdier, 1999

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nelly SACHS et ABRAHAM

    chèvre,biquette,

     

    Ô toi

    vague inquiète venue du port des astrologues de Chaldée

    et qui dans nos veines continues à chercher

    pleine de larmes, son océan.

     

    Ô Abraham,

    les horloges de tous les temps,

    elles qui parcourent les clartés solaires et lunaires,

    tu les as mises à l'heure de l'éternité -

    ...

     

    Nelly SACHS, Éclipse d'étoile, trad. M.Gansel, Verdier, 1999

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Les MIGRANTS selon Nelly SACHS

    insecte,scarabée,bousier,

     

    ...

    Telles des bornes-frontières, nos corps gisent sur la terre

    Et donnent la mesure de l'horizon -

    Ô nous les migrants,

    Vers rampants pour des souliers à venir,

    Notre mort tel un seuil sera posée

    Devant vos portes verrouillées !

     

    Nelly SACHS, Éclipse d'étoile, trad. M.Gansel, Verdier, 1999

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le TEMPS selon Nelly SACHS

    pierre,roche,

     

    ...

    Ô temps dont la seule aune est le mourir,

    Comme elle sera facile, la mort, après ce long entraînement.

     

    Nelly SACHS, Éclipse d'étoile, trad. M.Gansel, Verdier, 1999

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Israël ELIRAZ et les BULLES

    bois,vert,aune,

     

    Tu vas vers l'eau

    les poissons vont vers toi

     

    bouche bée devant toi

    assis au bord de l'herbe.

     

    Nu, tu n'as à leur

    donner autre chose

     

    que des bulles de mots

    impénétrables.

    ...

     

    Israël ELIRAZ, Miniatures Clemente, trad. C.Salem et l'auteur, Editions Unes, 1997

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Israël ELIRAZ A TOUT VU

    carrelage,lueur,soleil,

     

    ...

    tout ce qui peut être vu

    peut être vu

    encore plus

    ...

     

    Israël ELIRAZ, Miniatures Clemente, trad. C.Salem et l'auteur, Editions Unes, 1997

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Israël ELIRAZ EMPORTÉ

    tissu,tablier,

     

    de plus en plus petit comme emporté

    par l'inondation j'essaie

     

    de saisir le va-

    et-vient de la main

    sur les miettes de la matière

     

    de saisir la séparation ce qui

    a changé ce qui

     

    a diminué ce que

                nous avons perdu

     

    ...

     

    Israël ELIRAZ, Bouche déchirée, trad. C.Salem et B.Noël, Editions Unes, 1997

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DURER selon Antoine ÉMAZ

    pcorveille,papiers,

     

    Durer. Il faut une patience d'ange pour mâcher un mot, absorber complètement une couleur. Le plus souvent, on a lu, on a vu. Trop peu patients, occupés, devenus incapables de lourdeur, de lenteur vive, d'épaisseur.

    Mots alignés sombres sur la page, colonnes de bêtes chenillant et laissant derrière elles quelle bave qui brille ?

     

    Antoine ÉMAZ, Sable, Tarabuste, 1996

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent