Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • Louis SCUTENAIRE A RAISON

    parquet,blanc,

     

    La raison est une béquille qui se prend pour une jambe. 

     

     

    Louis SCUTENAIREin Ici on parle flamand et français, Le castor astral, 2005.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Louis SCUTENAIRE dans le MOUVEMENT

    lumière,mouvement,

     

    Avec les mots on marque le mouvement. Avec les images on le fixe.

     

    Louis SCUTENAIREin Ici on parle flamand et français, Le castor astral, 2005.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Henri MICHAUX en CHINE

    Henri MICHAUX,idéogrammes,chine,

     

    Idéogrammes en Chine

     

    À cette lumière toute page écrite, toute surface couverte de caractères, devient grouillante et regorgeante... pleine de choses, de vies, de tout ce qu'il y a au monde... au monde de la Chine

     

    pleine de lunes, pleine de cœurs, pleine de portes

    pleine d'hommes qui s'inclinent

    qui se retirent, qui s'en veulent, qui font la paix

    pleine d'obstacles

    pleines de mains droites, de mains gauches

    de mains qui s'étreignent, qui se répondent, qui se lient à jamais

    pleine de mains face à face,

    de mains sur leurs gardes, de mains occupées

    pleine de matins

    pleine de portes

    pleine d'eau tombant goutte à goutte des nuages

    pleine de bacs qui traversent d'une rive à l'autre

    pleine de levées de terre

    pleine de creusets

    et d'arcs et de fugitifs

    et pleines de calamités

    et pleine de voleurs emportant sous le bras les objets volés

    et pleine de convoitises

    et pleine de mailles

    pleine aussi de paroles sincères

    et pleine de réunions

    et pleine d'enfants nés coiffés

    et pleine de trous dans la terre

    et de nombrils dans le corps

    et pleine de crânes

    et pleine de fosses

    et pleine d'oiseaux de passage,

    et pleine de nouveaux-nés - que de nouveaux-nés ! -

    et pleine de métaux dans les profondeurs du sol

    et pleine de terres vierges

    et de vapeurs qui montent des herbages et des marais

    et pleine de dragons

    pleine de démons errant dans la campagne

    et pleine de tout ce qui existe dans l'univers

    tel quel ou autrement assemblé

    choisi à dessein par l'inventeur de signes pour être ensemble

    scènes pour faire réfléchir

    scènes de toute sorte

    scènes pour offrir un sens, pour en offrir plusieurs,

    pour les proposer à l'esprit

    pour les laisser émaner

    groupes pour résulter en idées

    ou pour se résoudre en poésie.

     

    Henri MICHAUX, in Ici on parle flamand et français, Le castor astral, 2005.

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le CORPS selon André SCHMITZ

    corps,

     

    Le corps

     

    Elle allait

    à sa droite un ange gardien

    à sa gauche un garde du corps

    Prenez l'âme

    dit l'ange à l'homme

    moi cette nuit

    je garde le corps

     

    André SCHMITZ, in Ici on parle flamand et français, Le castor astral, 2005.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Julio CORTÁZAR et le LIERRE

    vert,

     

    Le lierre

     

    Mer d'oreilles attentives, que te dit-elle la pierre ?

    Tu glisses sur les tombes, tu collectionnes des noms,

    tu frissonnes quand le vent de l'été te réveille

     

    pour explorer tes mains et leur ravir les voix

    que tu rassembles minutieux, masquant le temps,

    veilleur des dialogues et des adieux fièvreux.

     

    Ton rêve solitaire veille sur les tombes

    ô origine des langues, ô lierre frémissant

    où peu à peu la nuit des morts se réunit -

     

    En vain les jeux de la tempête te réclament ;

    les fontaines de lumières et les statues du jour,

    depuis longtemps t'attendent pour s'offrir dénudées

     

    tandis que toi, reclus, tu habites les stèles.

     

    Julio CORTÁZAR, Crépuscule d'automne, José Corti, 2010, trad. S.Baron-Supervielle

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Julio CORTÁZAR QUESTIONNE

    noir,blanc,

     

    Je ne questionne pas sur les gloires ni les neiges,

    je veux savoir où se retrouvent les hirondelles mortes,

    où vont les boîtes d'allumettes usées.

    Aussi grand que soit le monde

    il y a les ongles à couper, les effiloches,

    les enveloppes fatiguées, les cils qui tombent.

    Où vont les brumes, le dépôt du café,

    les almanachs d'un autre temps ?

    ...

     

    Julio CORTÁZAR, Crépuscule d'automne, José Corti, 2010, trad. S.Baron-Supervielle

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le CORPS selon Ariane DREYFUS

    main,

     

    Mon corps est né quand elle prit et garda ma main dans la sienne,

    Ce sont mes tablettes.

    Plus elle serrait, plus les blés existèrent tandis qu'on courait.

     

    Ariane DREYFUS, Quelques branches vivantes, Flammarion, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ariane DREYFUS ÉCRIT

    écrire,sable,

     

    ...

    Mes mains écrivent, ici je fais le feu. J'y brûle les arbres des jours, les branches des heures, les épines des minutes vite sèches.

    ...

     

    Ariane DREYFUS, Quelques branches vivantes, Flammarion, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent