Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie - Page 2

  • Gisèle PRASSINOS dans le SOIR

    soir,ombre,juge de touche,drapeau,
    Guy LIMONE, Jeux de balles, jeux de ballons, Musée de Tessé, 2020.

     

    Ne va pas si droit si vite si sûr

    la terre t'oubliera.

    Il n'y a rien dans le soir

    où tu cours déposer ta fatigue

    montrer la civière de tes bras.

    ...

     

    Gisèle PRASSINOS, L'instant qui va, Folle Avoine, 1985

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • César VALLEJO et la CONSCIENCE

    blanc,gouttelettes,reflet,

     

    Combien de temps a duré l'anesthésie, comme la nomment les hommes ? Science de Dieu, Théodicée ! Si je dois vivre dans de telles conditions, totalement anesthésié, ma sensibilité retournée comme un gant, ah, docteurs des sels, hommes des essences, habitués de l'élémentaire, je demande qu'on me laisse avec la tumeur de ma conscience, avec la lèpre à vif de mes sens, quoiqu'il puisse m'en coûter, y compris ma mort ! Laissez-moi avoir mal, si vous voulez, mais laissez-moi éveillé, avec tout l'univers présent, même pour le pire, dans ma température explosée.

     

    César VALLEJO, Poèmes humains, 1923-37, Seuil (trad. Fr.Maspero, 2011)

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Thierry LE PENNEC et la PEAU

    peau,fesses,

     

    presque totale obscurité la forme

    de son visage tenu le fouet

    des cheveux tressés elle sort

    de la douche se sèche

    étendue dans la nuit des jours les plus longs

    ceux du foin des légers coups de tiges

    sur la peau les frissons font venir

        l'envie de se mettre sur le côté

    de l'homme l'ourlet des fesses bien contre lui.

     

    Thierry LE PENNEC, Un pays très près du ciel, Le dé bleu, 2005

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Isabelle PINÇON et les STATUES

    céramique,terre,

     

    Je partirai d'un bloc de terre, j'aurai les mains sales, mouillées, je me passerai un doigt sur la figure au pourtour des yeux inondables, je partirai d'un bloc de pierre, j'enlèverai des morceaux au hasard, je creuserai des tunnels, un angle, trois soupirs. Je rejoindrai un centre approximatif, mes mains dans le seau boueux, en pleine matière.

    Je partirai de l'homme et curieusement tout deviendra facile.

     

    Isabelle PINÇON, C'est curieux, Cheyne, 1995

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER la NUIT

    tissu,noir,blanc,

     

    Est-ce le jour que tu dors debout

    à raconter des histoires qui rôdent

    en compagnie de l'impossible à dire

    alors que la nuit sans pouvoir oublier

    paralysé par le trop tard

    tu sues d'angoisse en égrenant les heurs

    qui fabriquent le temps perdu

     

    en attendant que la clarté se fasse

    en attendant d'être avec les mots

    au pays du jour qui se lève

    en attendant la note juste

    en attendant

     

    Ludovic JANVIER, Une poignée de monde, Gallimard, 2006

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Thierry LE PENNEC et le COBRA

    serpent,venin,

     

    cette nuit elle fut

    cobra dressé

    sur un panier de fesses

    la langue dardant

    une danse les étoiles

    jusqu'au bout des nerfs

    irisés la décharge

    comme des crocs le venin

    vital.

     

    Thierry LE PENNEC, Un pays très près du ciel, Le dé bleu, 2005

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ART selon ANDRÉ SALMON

    peindre,art,main,

     

    L'art, c'est la pierre un jour jaillie

    D'un bloc de feu

    Qui ne tombe jamais, qui jamais ne se fixe, froide et qui s'irradie,

    Si tu crois la saisir au compas de tes yeux.

    Alors, tes yeux seront la pierre

    Froide jusqu'à ce que d'autres yeux

    La saisissent pour mieux protéger l'infini de sa course.

     

    André SALMON, Peindre, 1921

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER MARCHE

    pierres,marche,

     

    Accompagné par le ciel en marche

    les cheveux couchés dans le lit du vent

    la rivière lente à longer mes phrases

    un tracteur peinant dans ma direction

    le bois qui me lance tous ses oiseaux

    les mots qui me traînent ombre lente

    le moment bouge avec moi

     

    Ludovic JANVIER, Une poignée de monde, Gallimard, 2006

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent