Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie - Page 3

  • Andrée CHEDID REGARDE la VIE

    pin,tronc,

     

    Regarder la vie

     

    Hémorragie de mots

    Hémorragie d'images

    Temps surmenés

    Heures répandues

     

    Comment tirer la vie

    de toutes ses geôles ?

     

    La vie :

    Essor du risque

    Vendanges du hasard.

     

    Andrée CHEDID, Poèmes pour un texte, Flammarion, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le REGRET selon Andrée CHEDID

    pomme de pin,

     

    Après le jardin

     

    L'homme se souvenait

    du ventre de la demeure

    de l'étreinte du jardin

    de l'escale des mots

    du crépuscule enfoui

    en de juteuses racines

     

    Un regret furtif

    le fit osciller

    vers l'arrière

     

    Puis   demain s'anima

    d'autres secrets

     

    Et l'homme s'élança

    vers l'espace nu.

     

    Andrée CHEDID, Poèmes pour un texte, Flammarion, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'UKRAINE selon Franz FUHMANN

    ossipzadkine,cri,

     

    Ce sont les nuits démesurées de l’Ukraine,

    le métal chassé du ciel, l’accord magique des étoiles

    qui retentit à travers le paysage velouté de l’obscur.

    La terre attend, retient son souffle.

    Armée d’argent, la nuit commence son règne.

    ...

     

    Franz FUHMANN, Adaptation H.Deluy, Action poétique n° 19, 1962

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le VIRUS selon René DEPESTRE

    guerrier,épée,chevalier,

     

    Oui je suis un nègre-tempête

    Un nègre racine-d’arc-en-ciel


    Mon cœur se serre comme un poing

    Pour frapper au visage les faux-dieux

    Au bout de ma tristesse

    Il y a des griffes qui poussent

    Je fais sauter mes ténèbres

    En mille matins de lions.


    La foudre sur vos toits, c’est moi!


    Le vent qui brise tout, c’est moi !

    Le virus qui ne pardonne pas, c’est moi !

    Les désastres à la Bourse, c’est moi !

    De bon cœur mon soleil signe tous vos fléaux !

    ...

     

    René DEPESTRE, Action Poétique n° 32-33, 1967

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DEMAIN selon Andrée CHEDID

    nénuphar,nymphéa,rosée,

     

    Du même pas

     

    Un soir, hors de la fête,

    Tu m'as fait escorte.

    La vie nulle part ne s'achève

    Mais vient le temps de marées.

     

    Le vent lasse les peines

    Demain souffle aux portes,

    Rien n'est jamais perdu

    De ce qui fut aimé.

     

    Andrée CHEDID, Textes pour un poème, Flammarion, 1983

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La JEUNESSE selon Andrée CHEDID

    cheval,jeunesse,poulain,

     

    Jeunesse

     

    à mon fils

     

    Tes lèvres happent l'étoile

    Ton rire force l'été

    La liberté est ce silex

    Que tu affûtes

     

    Et je recule ô mon fils

    Sur l'horizon léger

    Et je m'attarde

    Pour que jeunesse te soit gardée.

     

    Andrée CHEDID, Textes pour un poème, Flammarion, 1983

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Andrée CHEDID TELLE QU'ELLE EST

    soleil,oreilles,visage,

     

    Tels que nous sommes

     

    Avant que l'univers ne nous habite,

    Nous habitions l'univers.

     

    La parole trouve en nous son unique paysage

    Le silence déborde de songes à venir.

     

    Entre l'instant vécu et l'instant à vivre,

    S'inscrit notre visage éternel.

     

    Andrée CHEDID, Textes pour un poème, Flammarion, 1983

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'AMOUR selon Gilad MEIRI

    fleur tombée,

     

    Amour

     

    Cette nuit les nuages sont entraînés

    au loin comme les draps d’un lit. La lune lache

    sa lumière et dans notre chambre se mesure un flux exagéré.

    Dans ta bouche, des gouttes de cristal liquide,

    ton visage est poli par l’éclat

    de ce rayonnement naturel.

    Des ailes d’amour s’étendent pressant fort le cœur contre les côtes.

    Notre haleine recouvre peu à peu les fenêtres,

    les fleurs

    tombées

    de notre souffle.

     

    Gilad MEIRI, traduit de l'hébreu d'après Lyrikline

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent