Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie - Page 4

  • FRANKÉTIENNE et la CHUTE

    cheval,blanc,noir,

     

    Que ta chute soit ton cheval, pour continuer le voyage.

     

    Frankétienne, Melovivi ou le Piège, Riveneuve éditions, 2009.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Eugénio de ANDRADE : N'ÉCOUTE PAS

     

    hiver,chemin,

     

     

    N'écoute pas ces voix qui ne cessent

    de croître au chemin de l'hiver,

    les lieux où le corps d'errance

    en errance renonce à être corps

    sont mortels, n'écoute pas ces voix

    où le soleil pourrit, plus jamais.

     

    Eugénio de ANDRADE, Le poids de l'ombre, La différence, 1986.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Eugénio de ANDRADE en SEPTEMBRE

    automne,septembre,

     

    C'était septembre

    ou bien tout autre mois

    propice à de petites cruautés :

    l'ombre resserre ses anneaux.

    Que veux-tu encore ?

    Le souffle des dunes sur la bouche ?

    La lumière presqu'à nu ?

    Faire du corps entier

    un lieu en marge de l'hiver ?

     

    Eugénio de ANDRADE, Le poids de l'ombre, La différence, 1986.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CE QUI MANQUE à Eugénio de ANDRADE

    parvis,soleil,

     

     

    Le jour net comme un parvis désert,

    l'horloge arrêtée,

    les marches par où le soleil

    monte au regard -

    ce qui manque : quelque part le chant d'un oiseau.

     

    Eugénio de ANDRADE, Le poids de l'ombre, La différence, 1986.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • VOIX de RÛMÎ

    fleur,plastic,

     

    Élève tes mots, pas ta voix.

    C'est la pluie qui fait grandir les fleurs, pas le tonnerre.

     

    Djalâl-od-Din Rûmî, Mathnawî - la Quête de l’Absolu, Trad. Eva de Vitray-Meyerovitch, Le Rocher, 2014.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nuno JÚDICE et les CHATS

    chat,fenêtre,chaussures,

     

    Zoologie : les chats

     

    À Madrid, les chats

    se cachent dans les murs ;

    et le lierre recouvre

    leur dos

    comme si c'étaient des rois !

     

    Nuno JÚDICE, Un chant dans l'épaisseur du temps, Trad. Michel Chandeigne, Gallimard 1996.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nuno JÚDICE DEVANT la CAGE

    merle,

     

    ...

    Ils ne chantent pas. Ne volent pas. Ne parlent pas.

    Ce sont des oiseaux aveugles

    avec le mutisme des oracles et muets

    avec la lucidité des prophètes.

    ...

     

    Nuno JÚDICE, Un chant dans l'épaisseur du temps, Trad. Michel Chandeigne, Gallimard 1996.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques JOUET : IMPÉRIALISME de l’ÉCONOMIQUE

    porte,coeur,

     

    La poésie aime à dire qu’elle résiste à l’impérialisme de l’économique, puisque

    nul n’ose plus dire qu’il résiste à l’économie de l’impérialisme,

    mais si ce vœu de pauvreté, qui fait doucement marrer l’économat,

    la cantonne dans le commerce éthéré franciscain avec les piafs ou les « lumpen-volatiles » que sont les pigeons de ville selon Italo Calvino

    ou d’ailleurs avec les seuls aigles des altitudes philosophiques, je défroque tout

    de suite, d’ailleurs, c’est fait.

    ...

     

    Jacques JOUET, Action Poétique n° 147, été 1997.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent