Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie - Page 4

  • Jacques IZOARD : OISEAU POSSIBLE

    oiseau,

     

    Il y a en tout objet

    le grain serré de l'heure

    attente ou espoir de grâce

    En chaque objet vit l'âme

    d'un oiseau possible

     

    Jacques IZOARD, Œuvres complètes, I Poésies 1951-78, Éditions de la Différence, 2006.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La BOUCHE selon Aaron SHABTAÏ

    mollusque,

     

    "pure" est le qualificatif

    de la bouche

     

    la bouche crée

    le mot, la parole

     

    ("la vraie sécretion de

    l'homme mollusque" - Francis Ponge)

     

    Aaron SHABTAÏ, Le poème domestique, Éditions de l'éclat, Trad. Michel Eckhard-Elial, 1987

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le SEIGNEUR de Pierre GARNIER

    peche,poissons,

     

    dés croés dés cleus ed'z àns

    ahoques flèques harpons

    - chés pores pichons is m'dizoè't' ech Sàangneur

    miu qu'ech tchurè

     

    des croix des clous, hameçons

    des crochets flèches harpons

    - les pauvres poissons m'en disaient plus

    sur Notre Seigneur que le curé

     

    Pierre GARNIER, Le Jardin Ouvrier, 1995-2003, Flammarion, traduit du picard par l'éditeur.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gerdur KRISTNÝ : ses FRÈRES et ses SŒURS

     

    anniversaire,gâteau,bougies,

     

    Mes frères et sœurs


     

    N’ai pas de souvenir de moi

    sans eux

     

    n'ai pas vraiment existé

    avant leur naissance

    message du tout-puissant

    gravé sur la plante des pieds

     

    n’ai pu le déchiffrer

    jusqu’à présent

     

    peut-être parce que

    les devançant toujours


    n’ai jamais vu leurs empreintes

     

    désire

    garder l’avance


    au moins jusqu’au cimetière

    pour n’avoir jamais de souvenir

    sans eux

     

    Gerdur KRISTNÝ, Trad. Henri Deluy, Liliane Giraudon et l’auteur, Action Poétique n°174, décembre 2003.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Yehuda AMICHAÏ VOUDRAIT DORMIR

    enfants,farandole,

     

    Je suis un raciste de la paix :

    les yeux bleus tuent,

    les yeux noirs massacrent,

    les cheveux frisés égorgent,

    les cheveux lisses bombardent,

    les peaux mates dépècent ma peau,

    et les peaux blanches versent mon sang.

     

    Seuls ceux qui n'ont pas de couleur

    seuls les transparents sont bons

    qui me laissent dormir la nuit en paix

    et apercevoir le ciel

    à travers eux.

     

    Yehuda AMICHAÏ, Poèmes de Jerusalem, trad. Michel Eckard-Elial, Editions de l'éclat, 1991.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Pierre GARNIER à CHEVAL

    cheval,boulonnais,

     

     

    ech biœ gvaù boulonnoé a min tayon

    su sin doù j'é aprind l'muzique dech po.ènme

    l'canchon d'chèle tére

     

    qu'ale dandoline

     

    le beau cheval boulonnais de mon grand-père

    sur son dos j'ai appris la musique du poème

    la chanson de la terre

     

    qui dodeline

     

    Pierre GARNIER, traduit du picard par Ivar Ch'Vavar, Le Jardin Ouvrier, supplément au n°8.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Bragi ÓLAFSSON A GAGNÉ

    amterdam,bière,

     

    Victoires

     

    A la télé, les Hollandais avaient battu les Roumains et tout le bar allait exploser parce que c’était à Amsterdam. La bière coulait à flot, on trinquait au genièvre et sans doute par erreur un homme totalement inconnu m’en donna un. J’allais refuser mais décidais d’accepter car un peu plus tôt ce jour-là j’avais, me semblait-il, remporté une minuscule incontestable victoire personnelle.

     

    Bragi ÓLAFSSON, Trad. Henri Deluy, Liliane Giraudon et l’auteur, Action Poétique n° 174 décembre 2003.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Abbas KIAROSTAMI (hommage)

    zèbre,noir,blanc,

     

    Le corbeau noir
    se regarde étonné
    dans le champ couvert de neige

     

    Abbas KIAROSTAMI, Avec le Vent, POL, trad. Nahal Tajadod et Jean-Claude Carrière.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent