Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie - Page 4

  • Jean FOLLAIN et les PAROLES

    feuille,nervures,

     

    Paroles

     

    On parlait d'amours prétendues

    à l'ancienne table

    où travaillaient les vers

    sur le fourneau le fer chauffait

    la lentille cuisait sombre

    par la porte ouverte

    la beauté du feuillage amer

    et des oiseaux à gorge rouge

    devant les mots humains

    que gouvernait une syntaxe éprouvée

    resplendissait.

     

    Jean FOLLAIN, Territoires, Gallimard,1953

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Sous le SABOT de Jean FOLLAIN

    cheval,sang,sabot,

     

    Les siècles

     

    Regardant la marque du sabot

    de son cheval de sang

    le cavalier dans cette empreinte contournée

    où déjà des insectes préparaient leur ouvroir

    devina la future imprimerie

    puis pour lui demander sa route

    il s'approcha du charpentier

    qui près d'une rose

    en repos contemplait la vallée

    et ne lirait jamais de livres.

     

    Jean FOLLAIN, Territoires, Gallimard,1953

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Claude ESTEBAN dans le VENT

    feulles,vent,

     

    Que tout soit léger, qu'il y ait à peine

    un peu de vent

     

    et qu'il nous emporte comme ces pollens

    que les arbres perdent

     

    que nos âmes

    se dispersent dans l'espace

     

    et qu'un jour quelqu'un sache

    que nous avons vécu

     

    en respirant une fleur quelconque.

     

    Claude ESTEBAN, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VIEILLESSE selon Claude ESTEBAN

    vieillesse,arbre,

     

    C'est si facile

    de mourir,

    je veux qu'on vieillisse comme un arbre.

     

    Claude ESTEBAN, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER CHANTE

    ombre,chanter,

     

    ...

    et que ça jazze ou rocke ou valse au ras de l'enragé

    qui cherche la saignée d'azur par où sortir

    lorsque je veux chanter ça n'est jamais tout à fait ça

    ma voix d'infirme court après la voix loin devant moi

    je suis le fredonneur têtu d'un air jamais fini

    un peu faux toujours (le vrai me reste dans la gorge)

    je suis le clown d'un récital inoubliable

    dont voici les paroles veuves et le bégaiement

     

    Ludovic JANVIER, Doucement avec l'ange, L'arbalète Gallimard, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ludovic JANVIER RESPIRE

    respirer,arbre,feuillage,

     

    On prend le temps de respirer toute la dormeuse

    mais sur une passante on se retourne déchiré

    d'un seul coup par ce sourire imprévisible

    surgi d'enfance en souvenir d'on ne sait quoi

    un sourire venu à fleur et resté comme une ombre

    offerte et retirée à tous les promeneurs

    ...

     

    Ludovic JANVIER, Doucement avec l'ange, L'arbalète Gallimard, 2001.

     

     

    Que 2020 vous soit riche de respiration, de passant(e)s et de sourire !

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques DARRAS au CHAMP de MARS

    tour eiffel,champ de mars,

     

    ...

    C'est là aussi qu'Auguste Eiffel

    Planta sa nouvelle colonne

    Vertébrale comme d'un gigantesque

    Fossile échappé au Jardin

    De Cuvier se dressant tout droit

    Pour annoncer l'évolution

    Au monde, d'une langue de métal,

    Une espèce de saurien charrié

     

    Par la Seine vers l'aval, iguane

    Se désembourbant du Déluge.

    ...

     

    Jacques DARRAS, Autobiographie de l'espèce humaine, 1/nuit 3 cailloux, 1991

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Les JOURS COURTS selon Raymond QUENEAU

    ours,polaire,hiver,

     

    Ainsi va le cours

    des jours

    courts

    Ainsi va le gel

    Ainsi va la neige

    Ainsi vont les ours

    lourds

    ...

     

    Raymond QUENEAU, Morale élémentaire, Gallimard, 1975

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent