Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

grâce

  • Yves MAZAGRE : ÊTRE NÉ

    IMG_0073.jpg

     

    Que notre grâce d'être né soit ce théâtre sans doublure où ne se programme qu'une seule fois, entre deux rideaux de paupières closes, un impromptu dont toute reproduction est interdite,

     

    Il me semble que je l'ai su dès l'enfance, dès mes yeux ouverts sur la lumière facile de ma colline sans hiver :

     

    Incroyable nouvelle dont nous sommes si peu à vouloir nous tenir informés,

     

    A cause de l'épouvante.

     

    Yves MAZAGRE, La lutte finale, Librairie-Galerie Racine, 2010

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • UTILITÉ

    coquelicots,

     

    l'utilité

    renversement de la grâce

     

    les épaules de l'ange

    à terre

     

    vallée pour les larmes

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Tal NITZÁN : CHAT UNIQUE

    chat,

     

    Grâce

     

    Tu n’apaiseras pas l’humiliation du pauvre affamé

    et tu n’éteindras pas la soif brûlante de revanche

    ni ne protégeras de ton corps

    la maison qu’on démolit

    et le landau de la petite fille montant au ciel en tempête

    tu ne le saisiras ni ne le reposeras doucement à terre –  

    tu n’extirperas pas le règne du Malin.

    Retourne donc chez toi

    va vers ton compagnon, ton unique,

    celui que tu aimes,

    vers la supplique jaune de ses yeux fendus

    et enfouis ton visage dans sa fourrure.

    Une caresse

    au chat unique

    au monde.

     

    Tal NITZÁN, www.lyrikline.org.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • MAISON BLANCHE, MANTEAU ROUGE et PRÉVERT

     

     

    En cette actualité états-unienne de passation de pouvoirs, il est opportun de citer PREVERT :

     

    « Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner. Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? ».

     

    Le mot juste était « pontifier », mais la mécréance du poète a permis le calembour.

     

    A chacun sa grâce.

    Et que l’espérance obamaniaque soit moins éphémère que la libellule.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Langue française ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent