Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

écrire

  • Jacques JOUET en SOLITAIRE

    bousier,

     

    J'ai trouvé. Je suis un solitaire.

    Écrire est pour m'en sortir.

    J'observe mes confrères. Ils ne sont pas solitaires.

    Ils écrivent pour s'en entrer.

    C'est enfin clair.

     

    Jacques JOUET, Dos, pensée (poème), revenant, POL, 2019

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CHOUCA

    fenêtre,reflet,vitre,grille,

     

    ne pas vivre

    pour écrire

     

    devenir le chouca

    de sa propre chair

     

    métamorphose

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÉCRIRE

    rhinocéros,céramique,craquelé,

     

    Écrire c'est donner du sens à la souffrance
    (Alejandra PIZARNIK, Atelier fiction)

    Écrire c'est prendre du temps à l'immédiat
    Écrire c'est offrir de sa langue à l'étranger
    Écrire c'est retirer de l'utile à sa vie
    Écrire c'est rendre sa méditation au monde

    Naître c'est troquer l'apesanteur contre la souffrance
    Dormir c'est ne plus prêter l'oreille à la souffrance
    Aimer c'est faire toucher les épaules à la souffrance
    Mûrir c'est se réconcilier avec la souffrance

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Stéréotypes, Travaux domestiques ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gabriel GARCIA MARQUEZ et la BEAUTÉ

    feuille,écrire,papier

     

    ... il se sentit pauvre et minuscule dans le fracas sismiques des applaudissements qu'il approuvait dans l'ombre en pensant madre mía Bendicion Alvarado ça c'est un défilé, ce n'est pas comme ces parades minables qu'ils m'organisent ici, il se sentit diminué et seul, oppressé par la somnolence les moustiques les colonnes barbouillées d'or le velours fané de la loge d'honneur, merde alors, comment est-il possible que cet Indien puisse écrire une chose aussi belle avec la main qui lui sert à se torcher le cul, se disait-il, si excité par la révélation de la beauté écrite qu'il traînait ses grandes pattes d'éléphants captifs au rythme des coups martiaux des timbaliers, ...

     

    Gabriel GARCIA MARQUEZ, L'automne du Patriarche, trad. Cl. Coufon, Grasset, 1976

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • GRATTER

    carrelage,cafés,

     

    de quoi écrire

    autrefois

    dans les cafés

     

    rien à écrire

    aujourd'hui

     

    de quoi gratter

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÉCRIRE selon Raymond FEDERMAN

    écriture,rouge,

     

    ...

    pourquoi écrire

    pour dire

    exactement

    ce qu'on voulait dire

    avant de commencer

    ...

     

    Raymond FEDERMAN, Coups de pompes, Le mot et le reste, 2007

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Marie ÉTIENNE ÉCRIT

    troncs,arbres,chiffres,

     

    ...

    On garde son carnet et son stylo ouverts.

    - Vous notez vos mémoires ?

    Écrire est ridicule. Si on écrit on fait ses comptes, ceux du marché, du mois.

    Mais pas ceux de sa vie.

    On continue quand même à aligner ses chiffres, c'est-à-dire ses lettres.

    On paraît moins vivant, on s'enfonce loin d'eux, qui sont dehors, à la surface, qui tiennent le bon bout de cette suite d'actes.

    On extrait des fragments d'une suite, au hasard.

    En vérité pas au hasard.

    On les dispose, on les essaie, on les attache.

    Jusqu'à ce qu'à son tour on tienne le bon bout.

    Jusqu'à ce qu'à leur tour ils tiennent bien ensemble.

     

    Marie ÉTIENNE, Roi des cent cavaliers, Flammarion, 2002.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ariane DREYFUS ÉCRIT

    écrire,sable,

     

    ...

    Mes mains écrivent, ici je fais le feu. J'y brûle les arbres des jours, les branches des heures, les épines des minutes vite sèches.

    ...

     

    Ariane DREYFUS, Quelques branches vivantes, Flammarion, 2001.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent