Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éternité

  • Le PARADIS

    feuillage,rivière,

     

    Qui voudrait encore de cette éternité béate, si proche d'être béante, sans fond, de ces paysages labourés du pas de blanchâtres licornes, de sourires sans dents, qui croqueraient les pommes sinon, des clairières, sans ombre pour que la connaissance jamais ne s'y laisse manger, embarrassées pourtant de feuillage pour empêcher les corps ?

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Un JOUR COMME les AUTRES avec Hubert NYSSEN

     

    pont japonais,

     

    Inutile d'imaginer chaque jour

    l'éternité.

    Un jour c'est bref mais c'est énorme

    au regard de la mort.

    Et pourtant goutte à goutte trompeur

    chaque jour invite à désirer

    le suivant qui se dérobe.

    ...

     

    Hubert NYSSEN, Préhistoire des Estuaires, André de Rache, 1967.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • TIRÉS du CANIVEAU

    chien,caniveau,

     

    Chiens tirés du caniveau, élevés à droit de cité, où Baudelaire promenait ses regards

    bien plus que sur les chats, qui gaspillent leur éternité sur les velours d'un photographe

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Edmond JABÈS : LAISSEZ DONC

    morts,cimetière,

     

    ...

    Laissez donc laissez

    les morts décomposer

    nos phrases d'errants

    laissez-les s'acharner sur chaque lettre

    tailler nos maux

    trier nos joies

    frapper dans le tas

    Ils ont la clé

    Ils sont les maîtres

    avec leurs paroles et leurs gestes

    essentiels

    avec leur mot de passe

    pour l'éternité

    ...

     

    Edmond JABÈS, Marche à vif jusqu'à l'homme, NRF Poésie/Gallimard Télérama, 2015

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EDMOND JABÈS ET LE TEMPS

    barreaux,prison,

     

    Ivre d'éternité, l'homme abusé dont chaque os est un barreau n'aura conçu, pour lui, que le temps, cette autre prison.

     

    Edmond JABÈS, Le livre des ressemblances, Gallimard, 1976.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La NEIGE par MONTS et par BELLEVEAUX

    neige,

    est-ce que la neige adoucit le paysage ?

    est-ce important ?

    des flocons comme on enfilerait des perles

    de siècles

    du temps qui file, dégringole...

    mauvais temps ? au contraire, ça ralentit,

    la vie se pose, le monde murmure sa

    respiration longuement, c'est l'éternité.

    absence. paix. un chien s'étonne sous les

    sapins, moi je scrute le néant blanc, j'y

    cherche une trace du verbe, quelque chose.
     

    Jean-Christophe BELLEVEAUX, Caillou, Gros textes, 2003.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • De SAINT AMBROISE à SODOME

    Ambroise, Saint du jour, tient son nom du grec "ambrotos" signifiant "éternel". C'est un peu exagéré puisqu'on le connaît plus sérieusement sous le nom d'Ambroise de Milan.
    Et Milan n'est pas l'éternité.

    Marcel PROUST avait su saisir cette nuance :

    je ne demandais rien de plus à Dieu, s'il existe un paradis, que d'y pouvoir frapper contre cette cloison les trois petits coups que ma grand'mère reconnaîtrait entre mille, (...) et qu'il me laissât rester avec elle toute l'éternité, qui ne serait pas trop longue pour nous deux.

    Marcel PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922.

     

    ▶︎ Vent du jour : Langue française, Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Daniel BOULANGER : la NOTE BLEUE

     

    On trouve dans le lexique rugbystique cette expression fleurie pour signifier que la défaite est consommée : "la cabane est tombée sur le chien".

    Comme le lexique footballistique n'a quant à lui jamais été enrichi par de fins littérateurs, ni même par d'inspirés paysans, je me réfère à Daniel BOULANGER pour traduire la récente déroute des Bleus :

    retouche à l'éternité

    la rue ne mène à rien
    toute couleur s'en est allée
    devant une porte fermée
    reste l'ombre d'un chien

    Daniel BOULANGER, L'Esplanade, Grasset, 2010.

    BOULANGER a grosso modo trois fois l'âge de RIBERY, ce qui laisse un peu d'espoir aux séniors, quelle que soit la date de leur départ à la retraite.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent