Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

edmond jabÈs

  • Le LANGAGE selon Edmond JABÈS

    moto,jouet,meccano,

    Je songe aux jouets de mes cinq ans. Une fois miens, ils furent les maîtres. Je croyais pouvoir, avant qu'on me les offrît, les manier à ma fantaisie. Je m'aperçus très vite que je pouvais les détruire au gré de mon humeur ; mais si je les voulais vivants, que je devrais respecter leur mécanisme, leur âme immortelle.

    Ainsi le langage.

     

    Edmond JABÈS, Marche à vif jusqu'à l'homme, NRF Poésie-Gallimard.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Edmond JABÈS APRÈS le DÉLUGE

    déluge,origami,animaux,

     

    Après le déluge

     

    La paix est dans la clé

    des contradictions dans le soufre

    des clartés fugitives Tu es là

    pour un instant Désert bleu

    aux dunes de pluie La soif est exaucée

    L'espace est une brèche Tu brûles dans la nuit

    sans murailles Je vois par ton huile

    par la mèche de feu qui fleurit au milieu

    Je vois par ton amour La paix jeune pie

    a l'allégresse multicolore de nos yeux

    après le déluge

     

    Edmond JABÈS, Marche à vif jusqu'à l'homme, NRF Poésie-Gallimard.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Edmond JABÈS : LAISSEZ DONC

    morts,cimetière,

     

    ...

    Laissez donc laissez

    les morts décomposer

    nos phrases d'errants

    laissez-les s'acharner sur chaque lettre

    tailler nos maux

    trier nos joies

    frapper dans le tas

    Ils ont la clé

    Ils sont les maîtres

    avec leurs paroles et leurs gestes

    essentiels

    avec leur mot de passe

    pour l'éternité

    ...

     

    Edmond JABÈS, Marche à vif jusqu'à l'homme, NRF Poésie/Gallimard Télérama, 2015

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EDMOND JABÈS ET LE TEMPS

    barreaux,prison,

     

    Ivre d'éternité, l'homme abusé dont chaque os est un barreau n'aura conçu, pour lui, que le temps, cette autre prison.

     

    Edmond JABÈS, Le livre des ressemblances, Gallimard, 1976.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EDMOND JABÈS : MIROIR DE PAPIER

    rivière,reflets,

     

     

    - Tu es, dans tes écrits, comme moi, un rassembleur de mots, identiques par le sens, le son et le nombre des lettres, à ceux de la langue. Tu crois les habiter, alors que tu n'es que l'hôte accidentel de leurs reflets.

    Tout feuillet est miroir de papier. Penché sur lui, tu t'y mires. L'eau pareillement nous renvoie notre image ; mais quel visage jamais sut retenir la rivière ?

     

    Edmond Jabès, Le livre des ressemblances, Gallimard, 1976.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La LIBERTÉ selon Edmond JABÈS

    …interpréter le Livre c'est, d'abord, s'élever contre Dieu afin de soustraire voix et plume à Son pouvoir. Il faut nous défaire de la part divine qui est en nous, dans le but de rendre Dieu enfin à lui-même et jouir de notre liberté d'homme.

     

    Edmond JABÈS, Elya (Le livre des questions tome V), Gallimard, 1969.

     

    lampe,marcel wanders,

    Moooi Brave New World Floor Lamp, Marcel WANDERS

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Edmond JABES et le LIVRE

    "Vous aurez à veiller une grande oeuvre: celle que j'écris".

    Cet extrait provient d'une lettre adressée à Edmond Jabès à sa future épouse.
    Il avait vingt et un ans.
    Elle dix-neuf.

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Toi-même

    "Toi-même, c'est-à-dire le vide inavouable avec lequel tu rivalises".

    Edmond Jabès, avec ce ton prophétique de vieux sage un peu hirsute, nous place face à un miroir étrange, où nous nous regardons combattre un adversaire, dont la forme rappelle celle des moulins à vent.

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent