Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

miroir

  • PAILLES

     

    pailles,van gogh,

     

    les pailles sèches

    du visage

     

    au miroir

    malgré les éclats

    pas encore Van Gogh

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • MIROIR

    miroir,fleuve,soir,

     

    parfait le miroir du fleuve

    si le soir tombe

     

    non-lieu prononcé

    à peine

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CHEVREUIL

    lisière,bois,

     

    à la lisière du bois

    à l'exact crépuscule

    un chevreuil

     

    je suis son miroir

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nombres 21, 22 (commentaire 2)

    puits,

     

     

    Et la terre, qu'on rejette aussi sur les côtés, mais pour la parcourir vers ses profondeurs

    dans la forme parfaite d'un cercle, d'une cible où viser l'eau pour nos vies

    si lointain miroir qu'on n'y distingue pas sa vérité

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Tirés des sables, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EDMOND JABÈS : MIROIR DE PAPIER

    rivière,reflets,

     

     

    - Tu es, dans tes écrits, comme moi, un rassembleur de mots, identiques par le sens, le son et le nombre des lettres, à ceux de la langue. Tu crois les habiter, alors que tu n'es que l'hôte accidentel de leurs reflets.

    Tout feuillet est miroir de papier. Penché sur lui, tu t'y mires. L'eau pareillement nous renvoie notre image ; mais quel visage jamais sut retenir la rivière ?

     

    Edmond Jabès, Le livre des ressemblances, Gallimard, 1976.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • MOTS CAPTIFS




    De Ioan FLORA, extrait de La lettre ou le septième jour:


    "tu dois encore savoir
    que je suis rentré triomphant au foyer de ma propre vie
    et que j'ai mis, enfin, le miroir en pièces,
    sa créature avec,
    l'obligeant à se ramasser dans le magma des mots captifs,
    là où elle doit se tenir."


    Des mots, pour encager la créature, au front de taureau...



    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent