Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

fleuve

  • La RENCONTRE selon Gérard CHALIAND

    fleuve,eaux,sombres,

     

    ...

    Non loin de Manaus,

    le Rio Negro se jette dans l'Amazone,

    masse noire submergeant les eaux du grand fleuve.

    Un choc, plus qu'un partage,

    une ruée passionnelle lancée comme une charge

    sans passé, sans projet, sinon l'étreinte.

     

    Mes eaux sombres dans ton corps lisse,

    coulée violente qui s'incruste, marque la chair.

    L'emporter ou disparaître.

    Noces sauvages où se mêlent le tien et le mien

    dans l'ardeur de ce qui ne peut durer.

    Élan fait pour se dissoudre, mais dont l'écho perdure.

    Longtemps après, le souffle reprend son cours,

    fleuve solitaire à nouveau.

     

    Ainsi de certaines rencontres rares.

     

    Gérard CHALIAND, Cavalier seul, Éditions de l'aube, 2014

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DÉRÉGLEMENT

    fleuve,

     

    Is 19

     

    Promis au dérèglement

    le fleuve

    bientôt sec

    ou bientôt furieux

    bien qu'y roule l'abondance,

    au renversement des idoles charriées

    toutes vouées au flux du présent

     

    Qu'il noie ces cultures trop carrées

    roseaux discordants

    lotus à la dérive

    qu'il agite de panique les poissons oppressés

    et pétrifie de vertige les ibis englués

     

    Qu'enfin il inverse son cours

    vers un futur obscur

    d'entre les pierres

    et renaisse

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Tirés des sables, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PASSÉ

    fleuve,

     

    les couleurs

    au fil du fleuve

     

    la vie sur l’autre rive

     

    c’est du passé

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • MIROIR

    miroir,fleuve,soir,

     

    parfait le miroir du fleuve

    si le soir tombe

     

    non-lieu prononcé

    à peine

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • נַּחַל : le FLEUVE-HÉRITAGE

    fleuve,eaux,

     

    Toujours les eaux grossissent,
    on ne sait les imaginer s'amenuisant ;
    où serait le progrès ?

    d'autres eaux passeront,
    où se baigner et s'abreuver,
    présent pour nos enfants


    puis à ceux d'autres lits,
    gouttes imperceptibles,
    dans les langes d'un aval de brume

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ATTILA JÓZSEF EST FATIGUÉ

    fleuve,herbe,

     

    L'homme fatigué

     

    Par les champs, quelque grave paysan

    taciturne s'en retourne chez lui.

    Étendus côte à côte, le fleuve et moi,

    Sous mon cœur s'endort l'herbe tendre.

     

    Le fleuve roule son flot large et calme,

    mon fardeau de soucis se change en rosée ;

    ni homme, ni enfant, ni Hongrois, ni frère,

    là est seulement couché un homme fatigué.

     

    Le soir dispense l'apaisement,

    c'est un pain chaud dont je suis un morceau,

    le ciel aussi se repose sur le calme Maros

    et sur mon front viennent s'asseoir les étoiles.

     

    Août 1923

     

     

    Attila JÓZSEF, Le mendiant de la beauté, Le temps des cerises, 2014. 

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Octavio PAZ FACE au TEMPS

    fleuve,

     

    ...

    Le temps ne cesse pas de couler,

         le temps

    ne cesse d'inventer,

         ne cesse

    d'effacer ce qu'il invente,

         et ne cesse

    le flot des apparitions.

         Les bouches du fleuve

    disent les nuages,

          les bouches humaines

    disent les fleuves.

          La réalité a toujours un autre visage,

    le visage de tous les jours,

         celui que nous ne voyons jamais,

    l'autre visage du temps.

    ...

     

    Octavio PAZ, Le feu de chaque jour, Trad. Cl. Esteban, Gallimard 1979.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Marie-Claire BANCQUART : CRI contre PUB


    À CEUX QUI

    SUR UNE RIVE

    OUVRENT LA BOUCHE PAR GRAND VENT

    ET CRIENT

    DES PAROLES D'AMOUR,


    avalées aussitôt par le souffle,

    tandis que de l'autre côté du fleuve

    se lisent d'immenses publicités sur les buildings.


    Marie-Claire BANCQUART, Terre Énergumène, Le Castor Astral, 2009.


    À chacun sa rive, à chacun sa dérive...

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent