Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mot

  • LANGUE

    herbe,chat,ardoise,

     

    Les lignes du papier ni le tracé des lettres ne pourront contenir la langue, qui glisse sur le papier
    librement comme les sons dans l'air sans relief ou les images dans la soie des esprits en partance
    Un mot peut être exact, la langue jamais, qui charrie tout le limon nécessaire à en brouiller le génie
    sous l'apparence de musique réglée où se rangent les lettres, le plomb laissant aux pieds toute liberté
    La grammaire donne la justesse à la langue, qui  l'étend en tous sens, jusqu'aux danses et aux transes de la folie
    et les sons se départissent des barreaux de la portée, s'affranchissent de leurs racines et volent en symboles
    débarrassée du squelette de ses lettres, à tire d'aile la langue s'éploie toute de nerfs et de muscles
    toutes les piles de tous les ponts du mot sont sapés pour que filent en silence des idées flottées
    On pourrait s'imaginer la langue, lumineuse et ailée, triomphante des vents malgré un équilibre précaire 
    pensée aérienne, mais qui se répandrait en vain, si délestée de la pierre de ses lettres et du bois de ses sons
    Il faut qu'une aïeule lègue sa maison riche de mémoire à la langue, que cette grammaire permette la génération 
    assure la lignée, la succession des œuvres des hommes, les magistrales comme les intimes, et accouche une culture

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Déphasages, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • תיבה : l'ARCHE-MOT

    crue,1876,

     

    Menacés d'extinction, les mots doivent se nourrir des vents des ailleurs, se frotter au sel des horizons

    avec pour arche l'humanité qui les berce de la voix, qui les couche avec toutes les précautions sur le papier


    Peut-être, en départs de feux, se perpétueront-ils pour sortir le monde d'un engloutissement opaque et stérile

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La BOUCHE de Claude ESTEBAN

    feuille,bouche,poisson,rouge,

     

    Au premier mot

    j'ai compris que je faisais fausse route

    dans ma bouche.

     

    Claude ESTEBAN, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • NOM

    genou,agenouillé,prière,

     

    mot de quatre lettres

    nom de Dieu

     

    tabou

     

    juron

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • FRONTIÈRE

    e,lettre,,frontière,

     

    le mot

    à la frontière des choses

     

    valise à forcer

    intimité à fouiller

     

    beaucoup à déclarer

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La BOUCHE selon Aaron SHABTAÏ

    mollusque,

     

    "pure" est le qualificatif

    de la bouche

     

    la bouche crée

    le mot, la parole

     

    ("la vraie sécretion de

    l'homme mollusque" - Francis Ponge)

     

    Aaron SHABTAÏ, Le poème domestique, Éditions de l'éclat, Trad. Michel Eckhard-Elial, 1987

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LE MOT ET LA CHOSE

     

     

    sable,désert,

     

    Pourquoi étudier l'hébreu ?

    pour apprendre à se passer d'être, accepter que se mêlent les racines du mot et de la chose, de la lettre et du miracle

    vérifier si Moïse portait des cornes, si Ève était faite de chair et de côte

    et ne plus jamais soupirer d'impuissance : c'est de l'hébreu...

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Henry BAUCHAU : les NOMS

    LES NOMS

     

    À la fenêtre des images

    Dieu nommait les objet d'un mot si naturel

    que les couleurs en s'animant

    demeuraient à l'état naissant

    tout en ombre et tout en lumière

     

    Henry BAUCHAU, L'escalier bleu, Gallimard, 1964.

    église,lumière,hortensia,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent