Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

parole

  • ÉPOPÉE

    épopée,homme,terre,

     

    L'épopée

     

     

     

    D'une neige de nuit monte un chant, parole à faire surgir des déserts où se chevaucheront les distiques en sauvages éternités, seront pillés les soleils de tous les suds, pour en féconder vierges et barbares croyances. Les herbes foulées repousseront ifs pour les guerriers d'âme noire ou bouleaux pour des sages assoiffés de couleur. Ciselé de lumière pure, un homme naîtra.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La BOUCHE selon Aaron SHABTAÏ

    mollusque,

     

    "pure" est le qualificatif

    de la bouche

     

    la bouche crée

    le mot, la parole

     

    ("la vraie sécretion de

    l'homme mollusque" - Francis Ponge)

     

    Aaron SHABTAÏ, Le poème domestique, Éditions de l'éclat, Trad. Michel Eckhard-Elial, 1987

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Lorand GASPAR : MUSIQUE DISCORDANTE

    bouche,statue,

     

    Voici, me dit-il, le mortel cerné de toutes parts,

    enserré dans les fils de sa langue, son trépas.

    Entends sa musique discordante, la bouillie sonore de sa bouche.

    Vois comme est insensé son dire, en désaccord flagrant avec le sens de son faire, le destin qui le porte.

    Aveugle sous la peau de lumière posée.

    Regarde la bête solitaire, foulant les jardins,

    alourdie de fatigue, exsangue, frappée en plein regard.

    Déracinée, Désertée, Brisée -

     

    Plaies et pleurs et grincements de dents.

    Lueur qu'éventra la lame sur l'eau grise.

    Parole sous la parole, en mèche de fouet.

    Tranquillement elle charrie l'irrévocable venin,

    Tranquillement elle dépèce l'incroyable, le clair, te livrant à ton obscurité -

    et qui t'entendra dans les hennissements du jour,

    du joyeux jour aux blancs poulains ?

     

    Lorand GASPAR, Égée Judée, Poésie-Gallimard,1980.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PAROLE SANS FIN

    pierres,ciel,

     

    En spirale la tour de Babel s'édifie

    Les pierres sont montées, toutes identiques

    et tourne une parole sans fin, toujours la même en lacets

    son unisson fait ciment

    mais où prennent les langues

    et les yeux

     

    Diffèrent les pierres et l'horizon s'effondre

     

    Il faudra le scruter dans le visage d'autrui

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PAROLE FRUGALE

    I am,verbe,

     

    Sept formes pour un verbe, par le jeu des mirages, donnent sept verbes différents, à chacun sa tribulation

    Économie du désert où l'on bâtit de sable sur le sable, et parole frugale par manque d'eau à la bouche

    qui essaime cependant par-delà la sècheresse des dunes et disperse en tous sens tous ces précieux pollens

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La LANGUE des CAVERNES


    Henri MALDINEY a dit de la poésie qu'

    elle s'enracine à l'origine du dire, à sa lucidité de puissance première.

    puis, qu'

    elle réduit la part de langue instituée au profit de la parole, risquée.


    L'art, l'éclair de l'être, Comp'Act, 1993.

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ÉCRIT, PÈRE de L'OUBLI

     

     

    Par sa fixité, l'écrit nous rassure, tandis que la parole, volatile, n'est pas digne de confiance.

    Pourtant, dans le Phèdre, PLATON avait les préventions inverses, propres à son époque, comme l'expose Jean-Pierre VERNANT:

    « Platon, déplorant l'invention de l'écriture, indique qu'en substituant à l'effort propre de la remémoration la confiance en des empreintes extérieures à l'esprit, elle permettra à l'oubli de s'introduire dans l'âme par absence d'exercice de la mémoire ».

     

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent