Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

temps

  • DÉJÀ selon Charles REZNIKOFF

    arbre,tronc,abattu,

     

    Pas même eu le temps de me tenir parmi les prés,

    ni de m'offrir pleinement à la tendre écume,

    et te voici déjà, vent mauvais.

     

    Charles REZNIKOFF, Poèmes (1920), trad. E.Antonnikov et J.Silberstein, Héros-Limite

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La MÉTÉO selon Jacques LACARRIÈRE

    fleur,soleil,

     

    La météo ! Ainsi privé de cette moitié, cette -rologie qui devrait suivre et qui a disparu des usages comme le -tographe du cinéma et le -cipède du vélo (et l'on sait qu'un suffixe perdu ne repousse jamais chez les mots, au contraire de la queue des lézards), ce mot serait inexplicable si demain tous les dictionnaires de la langue disparaissaient dans un vaste incendie puisqu'on lui a supprimé, en plus du logie dont on pourrait à la rigueur se passer, le ro de météore, qui seul explique qu'il s'agit d'un phénomène céleste. Oui, ainsi privé de sa moitié, le mot est devenu, dans la bouche de tous ceux qui s'en gaussent à loisir, comme le nom de quelque prostituée céleste passant son temps à se jouer du temps et à tromper les hommes.

     

    Jacques LACARRIÈRE, Chemin faisant..., édition remaniée, Fayard, 1977

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le TEMPS selon Nelly SACHS

    pierre,roche,

     

    ...

    Ô temps dont la seule aune est le mourir,

    Comme elle sera facile, la mort, après ce long entraînement.

     

    Nelly SACHS, Éclipse d'étoile, trad. M.Gansel, Verdier, 1999

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • RAGTIME

    reflets,blanc

     

    chiffon

    agité

    de gauche à droite

     

    temps

    noir et blanc

    du ragtime

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gisèle PRASSINOS encore dans le SOIR

    prophètes,soir,cathédrale,

     

    Le soleil claironne l'approche du soir

    embrase la barbe des nuées.

    Encore un jour laissé

    de l'autre côté du temps.

     

    Qui ne le sait ?

     

    Seul le lilas étourdi

    écoute la mort des abeilles sans pâlir

     

    Gisèle PRASSINOS, L'instant qui va, Folle Avoine, 1985

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • VOYAGEURS

    rouge,train,marquage,

     

    Les voyageurs sont absents

    de leur voyage

     

    Des mots meurent derrière leurs barreaux

    achoppant sur leur butée, noire et carrée

    Des billes font une pluie de couleurs

    acidulée et incessante

     

    La rêverie renonce à s'agripper

    de poteau télégraphique en poteau télégraphique

    Les carrés des prés échouent

    à tisser un paysage

     

    Ce train

    où chacun s'affaire à ses feintes

    ne destine à aucun lieu

    C'est un train qui tourne

    sur le temps

    en forme de point

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • TEMPS PERDU

    guy limone,goal,football,
    Guy LIMONE, Jeux de balles, jeux de ballons, Musée de Tessé, 2020.

     

    Pas avec les poules, quel qu'en soit le sens, mais de bonne heure, après le dîner, commence mon temps perdu, où ne s'entrevoit plus qu'une perspective horizontale et immobile. Comme sur la paille, inapte à la recherche d'un aiguillon qui me mènerait à la page, à écrire ou seulement lire, pis que blanche, refermée, je laisse la nuit, de beurre rance, me fondre au noir. 
    Après le dîner.

     

    ▶︎ Vent du jour : Moi, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le DIMANCHE

    ours,polaire,hiver,

     

     

    Jour sans pain par son allongement et parfois d'hostie attendu comme le messie d'un soleil éternel qui pourtant chutera dans l'heure liquide d'un crépuscule monochrome, c'était dimanche.  Il aurait fallu en maître du temps y dresser un zénith perpétuel, effaçant les mirages des routes rectilignes et tous leurs points de fuite, y souffler les vieilles lunes pour se dégager une voie toute de lait.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent