Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paradis

  • Le PARADIS

    feuillage,rivière,

     

    Qui voudrait encore de cette éternité béate, si proche d'être béante, sans fond, de ces paysages labourés du pas de blanchâtres licornes, de sourires sans dents, qui croqueraient les pommes sinon, des clairières, sans ombre pour que la connaissance jamais ne s'y laisse manger, embarrassées pourtant de feuillage pour empêcher les corps ?

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le PARADIS de Thanassis HATZOPOULOS

    La canonisation n'est pas offerte à tout le monde… 

     

     

    Sortie

     

    Et mieux vaut sortir

    Du Paradis

    Fort de la connaissance et les ailes repliées

     

    Pour aller là où s’ourdissent les torts

    Les fautes, les délits

     

    Les crimes

     

    Où se défait la magie du monde

     

    Thanassis HATZOPOULOS, Cellule, Cheyne, 2012

    DSC03717.JPG

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • C'EST dans les VIEUX SOUPAULT...

    Say it with music

     

    Les bracelets d'or et les drapeaux

    les locomotives les bateaux

    et le vent salubre et les nuages

    je les abandonne simplement

    mon coeur est trop petit

    ou trop grand

    et ma vie est courte

    je ne sais quand viendra ma mort exactement

    mais je vieillis

    je descends les marches quotidiennes

    en laissant une prière s'échapper de mes lèvres

    À chaque étage est-ce un ami qui m'attend

    est-ce un voleur

    est-ce moi

    je ne sais plus voir dans le ciel

    qu'une seule étoile ou qu'un seul nuage

    selon ma tristesse ou ma joie

    je ne sais plus baisser la tête

    est-elle trop lourde

    Dans mes mains je ne sais pas non plus

    si je tiens des bulles de savon ou des boulets de canon

    je marche

    je vieillis

    mais mon sang rouge mon cher sang rouge

    parcourt mes veines

    en chassant devant lui les souvenirs du présent

    mais ma soif est trop grande

    je m'arrête encore et j'attends

    la lumière

    Paradis paradis paradis

     

    Philippe SOUPAULT, Georgia, 1926.

    entretien régulier,moteur,tracteur,deutz,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le CIEL PEUT ATTENDRE

    DSC04131.JPGRéserver sa place à l'église est une sage précaution.

    Pour le Paradis, ma foi...

    ▶︎ Vent du jour : Dans la rue ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent