Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gérard MACÉ et le LANGAGE

rivière,reflet,eau,

 

Oublier le langage,

pour être aussi agile

que le nageur qui oublie l'eau.

Pour être aussi sage

que le sage assis dans l'oubli.

 

Le corps qui flotte comme du bois mort,

le cœur aussi léger que des cendres

et les flots si faciles à descendre,

quand on est dans les remous du temps

comme un poisson dans l'eau.

 

Gérard MACÉ, Filles de la mémoire, Gallimard, 2007

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent

Commentaires

  • Du rafting tranquillou, en quelque sorte...

  • Mais sur un long fleuve pas toujours tranquillou.

Écrire un commentaire

Optionnel