Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

nuit - Page 4

  • Henri MICHAUX ÉCOUTE la NUIT


    Sommeil


    Bouche de la nuit, qui délie le juge
    Sommeil, vice, auge des abreuvements
    Viens, sommeil.



    Henri MICHAUX, La vie dans les plis, Gallimard 1972.



    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Ramón GÓMEZ de la SERNA : SURPRIS par l'AUBE


    La nuit s'attarde longtemps dans l'usine du travailleur intellectuel... Mais l'aube vient jusque là et la confisque.

    Ramón GÓMEZ de la SERNA, L'Aube, à paraître chez André Dimanche.

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Herve Le TELLIER : un PAPOU dans la PEAU

     

    La Peau


    Yeux ouverts sur la nuit

    Les ombres domestiques du chevet et du lit

    La douce douce dune d'une épaule polie.


    Hervé Le TELLIER, Maraboulipien, Le Castor Astral, 2008.

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • TRANCHANT

     

    Luire et s'élancer - prompt
    couteau, lente étoile.

    René CHAR, La nuit talismanique, Albert Skira, 1972.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • SOLSTICE d'ÉTÉ

     

    Alors que nous nous persuadons de ce côté du globe que l'été bat son plein, derrière l'Oural on ne voit déjà que déclin du jour.

    Mais parfois, par nos longitudes, un René CHAR comprend le monde d'une manière orientale :


    La nuit ne succède qu'à elle. Le beffroi solaire n'est qu'une tolérance intéressée de la nuit.


    La nuit talismanique, Albert Skira, 1972.


    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • NUIT NOIRE


    La nuit prochaine sera sans lune.

    Un poème de circonstance, donc :


    Noir


    Parfois des choses

    À l'étale de la nuit

    Sont reprises par l'avide attraction


    La chute est limitée

    Le plancher résiste


    Mais du puits de l'enfance

    Tu remontes un seau de peur


    Alain LANCE, Obsidiane & Le temps qu'il fait, 2000


     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DANS mes BRAS!



    C'est Gérard MACE, qui note:

    "Prendre une forme: c'est précisément ce que promet le nom de Morphée, qui nous emporte dans ses bras tous les soirs et nous dépose en douceur sur la rive d'un autre jour".


    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le NOMBRE d'OR

    Pourquoi l'alternance de l'alexandrin et de l'heptasyllabe, du 12 et du 7, fonctionnent-ils si souvent, dans la meilleure harmonie?
    Carré magique? Pentacle? Nombre d'or? Hiéroglyphe maçonnique?

    D'André FRENAUD, dans "Nul ne s'égare":


    Rabattant toutes les clenches et les parois
    la nuit se tenait chez elle.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent