Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dormir

  • DORMIR selon Roland DUBILLARD

    maison,

     

    Dormir.

    Les clous qui s'endorment

    laissent tomber leurs planches.

    La maison s'écroule si

    une poutre s'endort.

    ...

     

    Roland DUBILLARD, La boîte à outils, L'arbalète, 1985.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le SOMMEIL (3/4)

    dodo,oeil,

     

    3, moine et meunier

     

    Pour l'esprit comme pour le pain, cloches muettes et roue emballée, dormir est l'ennemi : le moulin à prières tourne en vain et le moine sera roulé dans la farine. C'est la main du Malin sur le meunier qui lui ferme les paupières, c'est un huitième péché pour la coulpe de Frère Jacques, une morale de plomb, comme la faute à combattre.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Julio CORTAZAR et le RÊVE

    couple,

     

    Ils avaient dormi tête contre tête et là, malgré ce voisinage physique, malgré cette coïncidence presque totale des attitudes, des positions, des souffles, la même chambre, le même oreiller, la même obscurité, le même tic-tac, les mêmes stimulants de la rue et de la ville, les mêmes radiations magnétiques, la même marque de café, la même conjonction planétaire, la même nuit pour tous les deux étroitement embrassés, ils avaient fait des rêves différents, ils avaient vécu des aventures différentes, l'un avait souri pendant que l'autre fuyait épouvantée, l'un avait repassé un examen d'algèbre pendant que l'autre arrivait dans une ville de pierres blanches.

     

    Julio CORTAZAR, Marelle, Trad. Laure Guille-Bataillon, Gallimard 1966.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Philippe SOUPAULT et les VENTS

    vent,drapeau,

    ...

    Je songe à vous absents ivres ou dormeurs

    vents de terre et de mer

    vous qui apprenez qu'il faut vivre

    avec des ailes

    ou dormir sans scrupules

    ...

     

    Philippe SOUPAULT, Georgia, 1926.

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent