Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ordre des choses

  • LE JOURNAL (4/4)

    clavier,

     

    4, plomb

     

    Flanquée de ses polices, l'actualité pèse de tout son plomb, impose le culte de ses images, et toute la musique du monde s'entonne d'un seul son de cloche, en forme d'entonnoir. Ce papier laisse de glace, froisse et chiffonne l'esprit en quête d'un verbe généreux, réhaussé des épices surprenantes de la poésie, qui imprimeraient un élan neuf à chacune de nos journées.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LE JOURNAL (3/4)

     

    carrés,carrelage,

     

    3, cube

     

    On l'a posé sur une table comme en chaque maison de ce temps, ou comme en chaque café où l'on débattait du cours d'un monde non plus plat, ni sphérique, mais cubique à force d'être vu sous tous ses angles ensemble. Malgré l'horizon d'encre des choses, les guitares vibraient de caractères neufs, que des carafes en équilibre fragile tentaient de recueillir.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 4 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LE JOURNAL (2/4)

    télé,information,

     

    2, chaque jour

     

    À chaque jour suffisait son temps pour les peines du monde, agrémenté de tabac brun ou d'une anisette puis replié sur le guéridon ou froissé dans la poche d'un imper. C'était avant l'eau courante et le gaz de ville, avant que se propage à tous les étages le débit quotidien de l'information répétée d'un angelus à l'autre mais cependant toujours de la même couleur.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LE JOURNAL (1/4)

    gris,

     

    1, l'actuel

     

    Des écrits sans prestige, malgré colonnes et chapeaux, collectent et recensent tout l'actuel qui nous emballe tant, sur tout l'éventail des gris du ciel resserré de l'époque. Une partie entachera nos doigts comme un cambouis, remisée mauvaise conscience au fond d'une boîte pour emballer à son tour le tout-venant d'un bric-à-brac de sous-sol.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DIEU (4/4)

     

    crâne,front,yeux,

     

    4, affût

     

    Celui de mon enfance se tenait sous la voûte de mon crâne, en affût d'araignée, à guetter les pensées mauvaises, aujourd'hui entrevues comme innocents papillons. Puis l'insecte s'est laissé épingler dans une boîte, qu'on ouvre parfois pour frémir des supplices jamais vraiment advenus. Sa toile n'est plus visible que sous conditions de lumière, ou d'illumination.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DIEU (3/4)

     

    dieu,doigt,

     

    3, barbe blanche

     

    L'homme est à l'index, abandonné comme sur un récif, quand Dieu suit son chemin propre, entre volutes de barbe blanche, replis d'antique sagesse et coussins de chérubins. Musculeux encore, le vieillard passe pourtant la main ; le souffle donné le reprend, l'aspire vers les marges où son visage s'efface, où son nom pour longtemps demeurera interdit.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DIEU (2/4)

    porte,serrure,trou,

     

     

    2, tout voir

     

    De ce qui permet de tout voir, on a fait un nom propre (au châtiment), qui comme un foudre fouette, et comme un astre brille - par son absence parfois. À la fois paire d'yeux façon Big Brother et Dieu le Père bigleux sur nos horreurs, on n'est plus chez nous ici-bas, par la faute de nos propres pierres taillées, des autels édifiés et de tous nos veaux déifiés.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • DIEU (1/4)

    jésus,mont sainte odile,église,ciel,

     

    1, le ciel

     

    De par notre peur du couchant – un faux-bond du soleil aurait désorienté – et la faim rassasiée par les miracles de la terre, le ciel accueillit Dieu, pour qu'il joue de ses cosmiques haltères et de là verse l'eau, la lumière et la chaleur. Sur la terre en retour on éleva toutes sortes de temples, où vouloir intensément ce qui adviendrait même sans.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent