Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

porte

  • FENÊTRES

    fenêtres,ciel,

     

    2 R 7

     

    Des fenêtres dans le ciel

    ça n'existe pas, ni la farine et l'orge pour deux fois rien

     

    Ou des dents aux poules

    des calendes grecques

     

    Ou peut-être à Bruxelles l'a-t-on vu, sous son air d'autrefois, surréel

    L'azur était franc, mais les nuages facétieux, ainsi que les chapeaux, les pommes, les arbres

     

    Les portes, aussi, n'ouvraient que sur des chausses-trappes, des rêves, obstrués de murs de briques

     

    Puis une porte, non le ciel, tombe sur la tête de l'incrédule et l'écrase

    enfoncée, non par l'ennemi, mais par la promesse du bon grain

    et la précipitation de la foule, sous la lourde main de Dieu

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Tirés des sables, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Miroslav HOLUB à la PORTE

    buis,porte,dehors,

    La porte

     

    Va et ouvre la porte.

    Dehors il y a peut-être

    un arbre ou une forêt,

    ou un jardin,

    ou une ville magique.

     

    Va et ouvre la porte.

    Il y a peut-être un chien qui gratte,

    il y a peut-être un visage,

    ou un œil,

    ou l’image d’une image.

     

    Va et ouvre la porte

    S’il y a de la brume,

    elle se dissipera.

     

    Va et ouvre la porte

    Et s’il n’y avait que le tic-tac des tenèbres,

    et s’il n’y avait qu’un souffle creux

    Même s’il n’y avait rien.

     

    Va et ouvre la porte

    Il y aura au moins un courant d’air.

     

    Miroslav HOLUB (traduit du tchèque par François Kerel), Action Poétique n° 24, juin 1964.

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • PORTE

     

    la porte agit comme un miracle

    dans un mur

     

    il y a de l'hypocrisie

    dans les fenêtres

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ÎLE (4/4)

    île,porte,

    4, à ma porte

     

    Les contours de l'île commencent à ma porte, quand j'aborde aux plages des heures lisses, jusqu'aux nuits sans menace et sous des étoiles dociles ; ou à rebours quand je déserte les flots domestiques, vers une tribulation sans aventure ni péril, seulement hors la salle des habituelles machines, dans l'animalité de bruits étrangers, et la végétation sombre des visages inconnus.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Serge PEY en sa MAISON

    ...

    Politesse de la poésie :

    celui qui attend un invité

    dans sa maison

    doit frapper

    à sa propre porte

    pour inviter

    celui qui entre

    à entrer

    ...

     

    Serge PEY, Ahuc poèmes stratégiques 1985-2012, Flammarion, 2012.


    porte,bois,grès,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Claude ADELEN : la CLEF INUTILE

     

    Boîte-de-pandore-un-poème soulever

    le couvercle. regarder là-dedans ? encore une

    de tes métaphores. et que tu aies pu croire

     

    Si longtemps avec ça ouvrir toutes portes

    t'imaginer être celui

    qui avait la bonne clef chaque mot

     

    La bonne clef chaque livre

    trousseau cliquetant

    inutile. avec l'âge on revient

     

    Dans une ville étrangère

    les serrures ont été changées.

     

    Claude ADELEN, Légendaire, Flammarion , 2009.

     

    Adelen.jpg

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Sur la PORTE

    porte,pub,anglais,

     

    Pa sur la porte et Langlais sur la porte...

    Serait-ce un pa de porte ?

    Ou la Porte des Anglais ?

    Serait-ce la porte d'un pub anglais ?

    Non ! pa de pub tracé sur la porte

    ni trace de pas à la porte :

    pas de pub, pas trace d'anglais

     

    ▶︎ Vent du jour : Dans la rue, Travaux domestiques ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jean-Damien ROUMIEU : DERRIÈRE la PORTE

     

     

    La porte lourde

    de vieux chêne

    et l'odeur

    de la fumée,

    la nappe blanche,

     

    le pain chaud.

     

    Venez passants.

     

    Outre le monde

    il est

    un monde-giroflée.

     

    Jean-Damien ROUMIEU, Revue Multiples n° 78.

     


    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent