Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

poésie

  • Marie ÉTIENNE en MENDIANTE

    mots,écrit,

     

    On n'écrit plus de poésie, un bric-à-brac de vieux droguiste.

    Quel crédit accorder aux mots qui se succèdent, comment les croire encore possibles ?

    Luttant contre le rythme pair, on ne tient plus sa main portée contre son coeur : le genre noble a la nausée.

    On balade ses mots, on les décroche, on les espace, on les efface.

    On les dispose comme on peint, comme on dessine ou comme on brode, au point de croix.

    On fait de petits tas, sans ponctuation, "mendiant presque d'écrire".

    ...

     

    Marie ÉTIENNE, Roi des cent cavaliers, Flammarion, 2002.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • RIME

    rimes,

     

    la rime

    sédatif de la poésie

     

    canapés

    flattant l’estomac

     

    choux gras

    idées maigres

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Gustave FLAUBERT et POÉSIE

    fleurs,pot de chambre,

     

    Ces mêmes gens qui disent "poésie des lacs" etc., détestent fort toute cette poésie, toute espèce de nature, toute espèce de lac, si ce n’est leur pot de chambre qu’ils prennent pour un océan.

     

    Gustave FLAUBERT, Correspondance, cité par Paol KEINEG dans l'article ci-dessous*.

     

    * "ci-dessous", pour un blog, est l'exact synonyme de "ci-dessus", pour un livre.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LE JOURNAL (4/4)

    clavier,

     

    4, plomb

     

    Flanquée de ses polices, l'actualité pèse de tout son plomb, impose le culte de ses images, et toute la musique du monde s'entonne d'un seul son de cloche, en forme d'entonnoir. Ce papier laisse de glace, froisse et chiffonne l'esprit en quête d'un verbe généreux, réhaussé des épices surprenantes de la poésie, qui imprimeraient un élan neuf à chacune de nos journées.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CENDRES

    école,poésie,cendres,

     

    papier de verre

    des temps modernes

     

    au petit feu de l'école

    la poésie en cendres

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CONCERT

     

    le concert commence

    avant la musique

     

    cassé le quatre

    la poésie plus sincère

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • POÉSIE et SILENCE

    ampoule,

     

     

    L'intensité de l'ampoule fléchit, et la confusion brouille nos oreilles
    Frères de sang, poésie et silence s'évident

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques JOUET : IMPÉRIALISME de l’ÉCONOMIQUE

    porte,coeur,

     

    La poésie aime à dire qu’elle résiste à l’impérialisme de l’économique, puisque

    nul n’ose plus dire qu’il résiste à l’économie de l’impérialisme,

    mais si ce vœu de pauvreté, qui fait doucement marrer l’économat,

    la cantonne dans le commerce éthéré franciscain avec les piafs ou les « lumpen-volatiles » que sont les pigeons de ville selon Italo Calvino

    ou d’ailleurs avec les seuls aigles des altitudes philosophiques, je défroque tout

    de suite, d’ailleurs, c’est fait.

    ...

     

    Jacques JOUET, Action Poétique n° 147, été 1997.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent