Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

monde

  • Isabelle PINÇON et les STATUES

    sculpture,statue,bronze,

     

    À trop vouloir démonter les statues, on tombe sur des cœurs qui bougent à peine.

    On devrait suivre le bonheur de plus près et ne retenir du monde que ses grands titres.

     

    Isabelle PINÇON, C'est curieux, Cheyne, 1995

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques ROUBAUD et le MONDE

    pierre,visage,

     

    que faire d'un monde qu'on ne dit pas

     

    dont nul n'a su ne sait rien dire, rien

     

    pas un détail, pas une occurrence particulière accrochée à une description

     

    un monde d'une généralité si extrême

     

    que l'unique, le sans répétition, y est abrogé

     

    dès l'instant que personne ne peut comprendre

     

    dont personne dans sa bouche ne sait que faire

     

    contourner ce dire, l'expulser d'une syllabe

     

    le cracher avec dégoût

     

    un monde d'une imprécision abominable

     

    avec lequel je dois vivre

     

    à qui je dois, incessant, le regard ?

     

    Jacques ROUBAUD, La pluralité des mondes de Lewis, Gallimard, 1981

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • IMMONDE

    panneau,sortie de chevaux,

     

    immonde

    ce qui n'est plus monde

     

    et pire

    sa propre mort

     

    de l'intérieur

    tous sens interdits

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ACTUALITÉ ISLANDAISE (1/2) : Ingibjörg HARALDSDÓTTIR

    fenêtre,

     

    Si seulement tu savais !

     

    tout a changé - certains

    pensent que le monde s’est écroulé

    d’autres que s’est levé

    le soleil du bonheur suprême

     

    que sais-je ?
 seulement ceci : que le temps

    a passé et que tu as hanté

    mon esprit

     

    m’est encore et toujours caché

    ton savoir

    l’art de la veine ouverte

     

    Ingibjörg HARALDSDÓTTIR, Traduction Catherine Eyjolfison, Action Poétique n° 174 décembre 2003.

     

    À l'heure où est diffusé ce poème, personne ne sait si le monde s'est écroulé ou si s'est levé le soleil du bonheur suprême...

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • EN COLÈRE CONTRE Yehuda AMICHAÏ

    céramique,éclats,casse,

     

    ...

    Dieu est en colère contre moi

    car je l'oblige toujours

    à recréer le monde

    du chaos, la lumière et le deuxième jour jusqu'à

    l'homme, et puis retour au commencement.

     

    Yehuda AMICHAÏ, Poèmes de Jerusalem, trad. Michel Eckard-Elial, Editions de l'éclat, 1991.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ŒIL et SOURCE

    chagall,oeil,

     

    Si la source est un œil, j'échappe à la vue de qui je suis né, et chaque chose du monde devient éloignement

    Si l'œil est une source, voyant le monde je suffis à l'engendrer, et chaque chose du monde se résoud en larmes

    La source nous mène jusqu'aux lointains salés ; l'œil enfante dans les douleurs

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • UNGARETTI : AVANT L'HOMME

    LA PRIÈRE

     

    Comme il devait aller avec douceur

    Avant l'homme, le monde.

     

    L'homme en a tiré des sarcasmes de démons,

    Il a nommé ciel sa luxure,

    Création ses mirages,

    Rêvé immortel l'instant.

    ...

     

    Giuseppe UNGARETTI, Vie d'un homme, Poésie/Éditions de Minuit-Gallimard, Trad. Philippe JACCOTTET

    giuseppe ungaretti,prière,monde,homme,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Henri MESCHONNIC : par la FENÊTRE

    je ne savais pas que la fenêtre
    ouvrait le monde
    ouvrait mon corps au monde
    que la fenêtre était une
    telle joie
    que tout mon corps
    en est la reconnaissance
    où il n’y a plus de différence
    entre les yeux fermés 
    et les yeux ouverts

                                             
    Henri MESCHONNIC, L’Obscur travaille, Arfuyen, 2011


     

    fenêtre,colmar,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent