Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

douleur

  • Claude ADELEN et la DOULEUR

    Claude ADELEN,douleur,cariatide,homme,

     

    Et la douleur, où

    est-elle maintenant ?

    La semence qu'ont

    reçue de tes yeux de

    tes mots les saisons ?

    Les lieux et corps où tu

    vécus et soutins,

    à pétrir d'invisible

    ta statue de souffle.

    Ô cariatide d'air :

    Un homme.

    ...

     

    Claude ADELEN, Légendaire, Flammarion, 2009.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La DOULEUR selon Claude ADELEN

    mousse,

     

    La Douleur, solitaire,

    masse de femme opulente, inaccessible,

    au milieu de la pelouse.

     

    Sur la surface lisse déroulée

    dans la lumière du soir presque irréelle

    et que laque un soleil acrylique de cinq heures,

    autour de l'étrangère qui s'est assise là,

     

    Claudiquent les étourneaux comme un seul geste,

    en tout sens. Quel calligraphe trempe

    dans l'encre de chine ces porte-plume ?

    quelle main invisible guide leurs becs avides ?

    ils sautillent, ils crient,

     

    Sur l'herbe de soie ils écrivent

    la douleur, l'incompréhensible idéogramme.

     

    Claude ADELEN, Légendaire, Flammarion, 2009.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • REIN à SIGNALER

    médicaments,lumbago,

    Pris ces jours-ci d'un lumbago, il m'est venu à sa suite une douleur dans la jambe à crier : c'est comme si j'avais un essaim de guêpes dans le genou. Bon, voilà le train d'arrière qui se désagrège!

    Jules et Edmond de GONCOURT, Journal, 1886.

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • FRANCK VENAILLE : AÏE !


    Dans le numéro 938/939 de la revue Europe, Franck VENAILLE déclare : 

    Être poète, ce n'est pas seulement écrire - vers ou proses - des poèmes. C'est donner à notre douleur la force et les moyens de se dépasser, de devenir ainsi la douleur de tous, y compris de la poésie elle-même.

    En remplaçant "douleur" par "souvenir", on s'approchera très nettement des propos qu'Abbas KIAROSTAMI tient ici.

    Plus modestement, Sur du Vent y souscrit aussi.

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent