Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

être

  • Andrée CHEDID TELLE QU'ELLE EST

    soleil,oreilles,visage,

     

    Tels que nous sommes

     

    Avant que l'univers ne nous habite,

    Nous habitions l'univers.

     

    La parole trouve en nous son unique paysage

    Le silence déborde de songes à venir.

     

    Entre l'instant vécu et l'instant à vivre,

    S'inscrit notre visage éternel.

     

    Andrée CHEDID, Textes pour un poème, Flammarion, 1983

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Pascale PETIT VOUDRAIT

    sorcière,fenêtre,

     

    Je voudrais

     

    Je voudrais que ce soit avant : nos conversations.

    Je voudrais que ce soit assoiffé : nos nuits.

    Je voudrais que ce soit émouvant : nos mains.

     

    Pascale PETIT, L'audace, Nous, 2020

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÊTRE avec Gérard CHALIAND

    cercles,chaîne,

     

    Tu es avec moi dans les forêts de Guinée

    Tu es avec moi dans le delta du Fleuve Rouge

    Nous avons joué à saute-mouton sur les Andes

    Il n'est pas de pays où nous n'ayons rêvé ensemble

    dans la migration qui nous porte vers la même chute

    Ici s'arrête notre histoire

    Aucun enfant ne viendra au miroir,

    Moi, j'ai la force d'aller jusqu'au bout

    Pas de recommencer.

     

    Gérard CHALIAND, Feu nomade, Chambelland, 1972

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 1 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÊTRE et AVOIR selon Bernard NOËL

    semelle,neige,trace,

     

    ...

    comment coloniser ce qui est de l'être

    quand on n'a pour volonté que de l'avoir

     

    Bernard NOËL, Le reste du voyage, POL, 1997

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La PERFECTION selon Jean PORTANTE

    lézard,verre,cercle,

     

    que de choses parfaites dans le seul fait d'être

    d'être de voir de pouvoir

    d'être de parler toujours de se taire

    taire si en nous la trace du crépuscule est crépusculaire

    si les nuages à peine allumés pressentent le ciel

    si la terre tremble d'être

    ...

     

    Jean PORTANTE, Ex-odes Poèmes cubains, Phi, 1991

     

    Quelle que soit la couleur de votre gilet,
    que 2019 soit l'année du pouvoir d'être !

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • LORSQU'ACHILLE CHAVÉE SERA MORT

    panneau,chevaux,

     

    Facture

     

    Qu'il fera bon vivre lorsque nous serons morts

    que nous reposerons

    dans je ne sais quel trou du vieux Cosmos

    bien refroidi

    bien étendu

    dans la noire volonté de n'être plus

    avec la pierre du silence absolu

    posée sur notre langue

    qu'il ne faudra plus jamais retourner

    sept fois dans notre bouche

    pour dire ou ne pas dire la vérité acquise

     

    puisque la notion de vérité

    n'emportera plus de signification

    que tous les dieux auront cessé d'être le verbe

    que l'épine plantée jadis dans notre coeur

    n'entraînera plus le moindre cri

    capable de troubler encore

    la présence du néant

     

    Achille CHAVÉE, De vie et mort naturelle, Montbliard, 1960

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Bernard NOËL EST

    égout,camping,merde,

     

     

    JE SUIS BIEN QUE JE PENSE

    et que je me regarde penser

    m'obligeant à me chier moi-même dans la merde de ma pensée

    au lieu de rayonner

    immobile

    tel le soleil

     

    Bernard NOËL, Contre-mort, 1954, in Extraits du corps, Poésie/ Gallimard, 2006.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ÊTRE PASSÉ de MARTINE BRODA

    vignes,été,

     

    l’être passé dans le mot été

    vide d’être

     

    ce vide est d’être là

    en ville ouvrant son coeur

    la vacance des squares

     

    en ville dépliant une fois

    la dernière soie blessée

    sous les couteaux vibrants de la lumière

    l’encore intensité juste avant qu’elle casse

    la corde tendue d’un désir funambule

     

    vérité de l’été à peine plus sévère

    quand le temps s’adoucit

    dans la mousse des larmes

    le jour tiède oubliant

    l’amour qui fut ici

    comme un soleil splendide

    et seul

     

    l’être passé dans le mot menait l’été

    vers l’hiver

     

     

    Martine BRODA, Action Poétique n° 69, avril 1977.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent