Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • LE JOURNAL (4/4)

    clavier,

     

    4, plomb

     

    Flanquée de ses polices, l'actualité pèse de tout son plomb, impose le culte de ses images, et toute la musique du monde s'entonne d'un seul son de cloche, en forme d'entonnoir. Ce papier laisse de glace, froisse et chiffonne l'esprit en quête d'un verbe généreux, réhaussé des épices surprenantes de la poésie, qui imprimeraient un élan neuf à chacune de nos journées.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Ordre des choses, Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CENDRES

    école,poésie,cendres,

     

    papier de verre

    des temps modernes

     

    au petit feu de l'école

    la poésie en cendres

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • CONCERT

     

    le concert commence

    avant la musique

     

    cassé le quatre

    la poésie plus sincère

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • POÉSIE et SILENCE

    ampoule,

     

     

    L'intensité de l'ampoule fléchit, et la confusion brouille nos oreilles
    Frères de sang, poésie et silence s'évident

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques JOUET : IMPÉRIALISME de l’ÉCONOMIQUE

    porte,coeur,

     

    La poésie aime à dire qu’elle résiste à l’impérialisme de l’économique, puisque

    nul n’ose plus dire qu’il résiste à l’économie de l’impérialisme,

    mais si ce vœu de pauvreté, qui fait doucement marrer l’économat,

    la cantonne dans le commerce éthéré franciscain avec les piafs ou les « lumpen-volatiles » que sont les pigeons de ville selon Italo Calvino

    ou d’ailleurs avec les seuls aigles des altitudes philosophiques, je défroque tout

    de suite, d’ailleurs, c’est fait.

    ...

     

    Jacques JOUET, Action Poétique n° 147, été 1997.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jacques JOUET : OHÉ LA POÉSIE

    bouche bée,poisson,

     

    Au coeur des mots poésie, poète et poème, comme au coeur aussi d’ailleurs du mot

    théâtre,

    il y a un hiatus « ohé ! » ou « ohè » où la bouche bée son vide en crachant

    du plein.

    Donc le mot ressemble assez à ce que je cherche à lui faire dire,

    encore que le vomissement des deux voyelles enchaînées poaaaîîîme

    puisse n’échapper pas à quelque ridicule, comme Antoine Vitez affectionnait de

    dégueuler le théââââtre

    en s’en gargarisant avec exagération.

    ...

     

    Jacques JOUET, Action Poétique n° 147, été 1997.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • MORALE

    Une idée de la morale

     

    La musique est interdite

    hallucination de l'esprit

    affolement des ventres

    Suspecte la poésie

    contournant à dos d'âne la voie des anciens

    Criminelle la peau

    de la cheville étincelle du péché

    à l'épaule qui force le désir

     

    Que barbe ou voile

    dévorent ces visages éblouis

    ou ce seront les pierres

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • POÉSIE de SEMPÉ ou AVEC un GRAND P ?

    sempé,monnaie de paris,la poste,

    "Poétique" est l'adjectif de la louange partagée. D'une exposition, d'une installation, d'une chanson, d’une silhouette on dira aujourd’hui qu'elles sont "poétiques". Le prédicat est ici moins descriptif qu’évaluatif. "Poétique" signifie tour à tour mystérieux, beau, profond, singulier, frappant.  
    Mais on assiste, aujourd’hui, en France, à un phénomène sémantique qui ne doit pas passer inaperçu : non seulement le nom "poésie" (descriptif en tant qu’il désigne une activité symbolique qu’on a pendant des siècles identifiée comme "art du langage") dont l'adjectif "poétique" (évaluatif) est tiré n'est plus considéré comme son porteur naturel, mais encore on va jusqu’à dénier aux poètes la poésie qu’on prête aux non-poètes. Ce n’est plus la poésie des poètes qui est poétique.
    ...
    On peut donc dire qu’aujourd’hui, en France, la poésie est célébrée dans la mesure même où c'est la "non-poésie-des-non-poètes".

    Martin RUEFF, le Monde du 21 mai 2013, et aussi sur Poézibao.

    ▶︎ Vent du jour : Presse ▶︎ 4 vent(s) de la plaine Lien permanent