Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

paris

  • Julio CORTAZAR et la CIRCULATION

    voiture,coccinelle,

     

    Selon les dires, le vieux avait glissé, l'auto avait brûlé le feu rouge, le vieux avait voulu se suicider, tout allait de plus en plus mal à Paris, la circulation devenait monstrueuse, ce n'était pas la faute du vieux, les freins de l'auto ne marchaient pas, le vieux était d'une imprudence folle, la vie était de plus en plus chère, il y avait trop d'étrangers qui ne comprenaient rien aux règlements de la circulation et qui prenaient le travail des Français.

     

    Julio CORTAZAR, Marelle, Trad. Laure Guille-Bataillon, Gallimard 1966.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 4 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Nâzim HIKMET IL Y A 57 ANS (EXACTEMENT)

    DEVINETTES SUR PARIS

     

    Quelle ville ressemble au vin ?

    Paris.

       Tu bois le premier verre.

          il est âpre.

    Au second,

       il te monte à la tête.

    Au troisième,

       impossible de quitter la table :

    Garçon, encore une bouteille !

    ...

     

    Paris, 15 mai 1958

    Nâzim HIKMET, Il neige dans la nuit et autres poèmes, Poésie-Gallimard 1999.

     

    vin,paris, 

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 6 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • 1951 : une RIVE

    1951,boris vian,progrès,

    ▶︎ Vent du jour : Le tour du siècle en 100 poèmes ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Yves-Jacques BOUIN : ca BOUINE à BARBĖS



    Décharge n°143 présente des textes d'Yves-Jacques BOUIN, dans lesquels le poème, érigé en personnage mouvant, déambule en différents quartiers de Paris.

    Ainsi dans ces quelques lignes extraites du Poème d'en voiture à Barbès :


    ...

    A Barbès le marché c'est fini

    rogatons d'arguties que l'on foule

    du talon

    dans les plis des piétons

    si pressés

    d'aller là où Paris

    vend ses ors

    oripeaux chez Tati

    sur l'asphalte

    les tomates s'estomaquent

    et s'éclatent

    et s'en vont dans leur sang

    vent mauvais

    éventrant les plastiques

    portés pâles

    débâcles et caniveaux

    où s'écoule

    dans les eaux l'oeuvre peint

    de Barcello

    ...


     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent