Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

enfant

  • CARTE POSTALE

    monflanquin,carte postale,

    - Ecris, toi, puisque tu es une sorte de poète !

     

    Mon p'tit loup, 7 ans et demi, le 26 août 2012.

    ▶︎ Vent du jour : Dans la rue ▶︎ 2 vent(s) de la plaine ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Rania MEZIANI et la FUREUR de LIRE

    Le père ça le rendait violent de nous voir lire. C'était l'impuissance devant l'image de l'enfant, le corps de l'enfant immobile. Penché en silence vers l'objet où le père lui, ne voit que motifs et tracés. Ça le dépassait parce que ce qu'il voyait c'était le petit être issu de lui, totalement étranger, maintenant. Monstrueusement nourri de l'intérieur par les lignes, grossi depuis l'intérieur seulement.

     

    Rania MEZIANI, Le père ça le rendait violent, L'Impossible n° 1.

     

    enfant,lecture,père,rania meziani

    ▶︎ Vent du jour : Littérature, Presse ▶︎ 0 vent(s) de la plaine ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • HAÏKU PENDABLE

     

     

    En bas de la rampe

    le pantalon de mon fils

    à califourchon

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 2 vent(s) de la plaine ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Anise KOLTZ : HISTOIRE d'un CAILLOU

     

     

    Si le caillou
    que je porte dans ma main
    était un autre univers
    semblable au nôtre

    Où le soleil se couche

    et se lève

    selon que j’ouvre

    ou ferme la main


    Ou si c’était un enfant

    pétrifié
    d’avoir vécu



    Anise KOLTZ,
    L’Ailleurs des mots, Arfuyen, 2007.

     


    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Jean-François FRANCHET et l'ENFANT


    .

    .

    .

    De tes yeux à tes jeux rien ne pèse

    ton monde est sûr

    est-ce le mien

    et tes yeux à mes yeux enjoignent le grand large

    .

    .

    .


    Jean-François FRANCHET, Proximité de l'oiseau, Donner à Voir, 2009.


     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Hervé Le TELLIER : la VIE dans le RÉTRO


    Périphérique


    Un con qui téléphone sans tenir son volant

    Un autre en 205 qui fait n'importe quoi

    Une fille qui déboite, comme ça, sans clignotant

    Un taxi fatigué qui rentre à Levallois


    Deux blacks sapés la frime dans leur Opel Manta,

    Une dame en chapeau qui traîne en japonaise

    Un cadre la trentaine dans une Laguna

    Trois rappeurs en casquette, plaque 93


    Un maçon portugais dans son renault Express

    Une Mercedes noire, une vieille DS

    Des camions sur deux files, une bagnole de flics


    Toutes ses vies frôlées sur le périphérique

    Étranges étrangers aux étranges bonheurs

    Et toi tout endormi dans mon rétroviseur.


    Hervé Le TELLIER, Zindien, Le Castrol Astral, 2008.


    Un tour de périph' qui rappelle le Carrefour Mabillon, 30 ans plus tôt...

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent