Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

arbre

  • POITRINE

    arbre,ombre,tête,mousse,

     

    dépourvu d'air

    de jour

    de nuit

     

    dans notre poitrine

    un arbre

    branches sciées

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • ÉCORCE

    écorce,horizon,arbre,

     

    écorce

    terrestre

     

    horizon

    dessiné par l'arbre

    qui me nourrit

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Lois de la matière, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • La VIEILLESSE selon Claude ESTEBAN

    vieillesse,arbre,

     

    C'est si facile

    de mourir,

    je veux qu'on vieillisse comme un arbre.

     

    Claude ESTEBAN, Morceaux de ciel, presque rien, Gallimard, 2001

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • L'ARBRE selon Roberto JUARROZ

    arbres,forêt,feuillage,

     

    Un arbre est la forêt.

    S'étendre sous son feuillage,

    c'est écouter tout le son,

    connaître tous les vents

    de l'hiver et de l'été,

    recevoir toute l'ombre du monde.

     

    S'arrêter sous ses branches sans feuille,

    c'est réciter toutes les prières possibles,

    faire taire tous les silences,

    avoir pitié de tous les oiseaux.

     

    Rester debout à côté de son tronc,

    c'est élever toute la méditation,

    réunir tout le détachement,

    deviner la chaleur de tous les nids,

    rassembler la solidité de tous les doutes.

     

    Un arbre est la forêt.

    Mais pour cela il faut

    qu'un homme soit tous les hommes.

    Ou aucun.

     

    Roberto JUARROZ, Dixième poésie verticale, Trad. F.M.Durazzo, Corti, 2012

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • עץ : l'ARBRE-CONSEIL

    arbre,tronc,

     

    Qui donne le meilleur conseil ? celui aux jambes bien campées au sol ou celui aux cheveux inspirés par le vent ?

    ou le sage qui s'efforce de leur être parallèle (chênes, frênes, figuiers et bouleaux) ?

    Et le conseil, blessant de ses rugosités, est-il vraiment de cette chair, blanche et nourrie de sève ?

     

     

     

     

    ▶︎ Vent du jour : C'est de l'Hébreu, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Le TEMPS ROGNE Ossip MANDELSTAM

    arbres,

     

    Le froid chatouille mon crâne,

    Et comment l'avouerait-on -

    Moi aussi le temps me rogne,

    Comme il ronge ton talon.

     

    La vie se vainc elle-même,

    Et le son fond peu à peu ;

    Quelque chose manque à l'appel,

    Se souvenir est fastidieux.

     

    Pourtant c'était mieux naguère,

    Comparer n'est pas permis

    Comme le sang bruissait hier

    Et comme il bruit aujourd'hui.

     

    Sans doute n'est-ce pas sans risque

    Que ces lèvres-là remuent :

    L'arbre murmure et s'agite,

    Bien qu'il doive être abattu.

     

     

    1922

     

    Ossip MANDELSTAM, Le Deuxième Livre (1916-1925), Circé 2002, trad. Henri ABRIL.

     

     

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 2 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Alain CORBIN : l'ARBRE CHAMPȆTRE

    arbre champêtre,

    L'arbre champêtre se dresse au cœur d'un terroir limité, sans cesse parcouru. Il ordonne, sans véritablement appartenir à une haie, la découpe des espaces où se déploient les activités agricoles et pastorales. Il décore les moulins. Il met en valeur les églises. Il se fait compagnon de l'homme au bord des chemins, des mares et des étangs. Il se marie naturellement avec le ciel et l'eau. Il encadre le travail et le repos. Il unit l'animalité et la végétation. En bref, il restitue la traditions des Géorgiques.

     

    Alain CORBIN, La douceur de l'ombre - L'arbre, source d'émotions, de l'Antiquité à nos jours, Flammarion Champs Histoire, 2014.

    ▶︎ Vent du jour : Littérature ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent
  • Roberto JUARROZ et le FRUIT ÉTRANGE

    Fruit à deux moitiés,

    l'une croissant dans l'amer,

    l'autre dans le doux.

    Fruit peut-être de plus de deux moitiés,

    dont la maturité semble être au-dehors,

    dans une bouche sans goût

    ou dans une rencontre avec la sève en bas,

    avant que le tronc ne l'achemine.

    Fruit qui ignore son arbre,

    peut-être parce qu'il n'est pas d'arbre

    pour un si difficile fruit.

    La tombola de l'air

    le réussit à la cinquième saison,

    celle qui règne sous les températures.

     

    Roberto JUARROZ, Poésie verticale, Trad. R. Munier, Points Poésie Fayard, 1989.

     

    arbre,fruit,

    ▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent