Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le GOUVERNEMENT selon Anat ZECHARIA

oiseau,huppe,crête,

 

Monsieur le chef du gouvernement

 

Monsieur le chef du gouvernement,

je médite sur les sous-tasses,

sur l'arrangement des fleurs, sur la lumière des bougies parfumées,

sur les couteaux scintillants,

sur les nappes propres tendues sur la table

sur la glace à la pistache que vous aimez tant

(goût précieux et inconnu partout ailleurs)

sur le sorbet aux fruits de saison

qu'aime votre femme

fraises aujourd'hui, citron à l'été

la vanille pour les enfants.

Monsieur le chef du gouvernement,

vous devez être fier de votre pays

quand vous le regardez de vos yeux clos.

Oubliez toute trace de destruction et de feu

vouloir vivre sur le fil ce n'est pas contestable

rien à craindre de cela.

Et l'occupation est comme élémentaire

regardez comme sont belles les plantes grimpant sur le balcon

agrippées à la grille.

Et cela nous donne aussi une raison de nous tenir des années durant au carrefour

et chanter.

Monsieur le chef du gouvernement,

peu importe comme on passe

comme on se sent

comme on se bat

comme on chute, comme on prie

combien on nous promet de victoires par KO

comment on revient à la vie.

Quelqu’un a dit : le Mont du Temple est à nous

le Mont du Temple est à nous, toujours,

et un autre a répondu : beau travail, beau travail

(les armes silencieuses)

nous léguant le futur

nous laissant la tête dans le ciel

le corps dans des encoches, dans les fissures,

restant ainsi des années, des années.

Monsieur le chef du gouvernement,

salut

et quand vous quitterez votre résidence

enfilez un pull ou au moins nouez-le à votre cou.

 

Anat ZECHARIA, traduit de Lyrikline

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel