Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le VERS selon Gisèle PRASSINOS

bouleau,écorce,

 

Vers

 

Noirs sur la blancheur rigide

l'air entre eux de ne pas se voir

mais chacun sur son rail, ailé de mêmes écarts

et selon, perdant le souffle avant le vide.

 

À suivre ces chemins je sens bouger mes cordes.

À remuer leurs pierres

à découvrir leurs liens sous terre

mes lèvres les halant

à ranimer les ondes au linceul du livre

je suis

je renais double

à ma gorge un jumeau

un tuteur à mon sang.

 

Gisèle PRASSINOS, Pour l'arrière saison, Belfond, 1979

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel