Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La VIEILLE selon Gisèle PRASSINOS

tissus,

 

La vieille

 

Qui lui a soutiré sa charpente

l'a réveillée bourre

aux milliers de dents ?

 

Lever le doigt est une aventure.

Penser

fore en ce corps étrange

le lit d'une rivière sans eau.

 

Petit visage

vieux visage où le vent

a rivé ses griffes

qui a aiguisé ta charpente ?

 

Petit visage

seuil dès l'aube

où la mort arpente.

 

Gisèle PRASSINOS, L'instant qui va, Folle Avoine, 1985

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel