Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

OUI

euphorbes,

 

Ce ne serait que trois voyelles 

vibrantes au bas d'un mur d'avril

devant la force d'un pissenlit

ou aux confins d'une pommette

pour l'effluve d'un regard tangeant

Et encore en mille autres lieux 

comme autrefois de Liberté

on écrivit le nom

 
 

Trois voyelles

qui boudent des lèvres trop sèches

méprisent les palais inutiles

et toute la peine de leurs pierres

 
 

Trois voyelles entrevues

où personne jamais n'écrirait

ni prénom ni idéal

mais où l'on goûte enfin

toute enfance ressouvenue

à la chair du monde

 
 

Trois voyelles qui diraient simplement

d'un souffle

oui

 

 

▶︎ Vent du jour : Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel