Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le VIRUS selon René DEPESTRE

guerrier,épée,chevalier,

 

Oui je suis un nègre-tempête

Un nègre racine-d’arc-en-ciel


Mon cœur se serre comme un poing

Pour frapper au visage les faux-dieux

Au bout de ma tristesse

Il y a des griffes qui poussent

Je fais sauter mes ténèbres

En mille matins de lions.


La foudre sur vos toits, c’est moi!


Le vent qui brise tout, c’est moi !

Le virus qui ne pardonne pas, c’est moi !

Les désastres à la Bourse, c’est moi !

De bon cœur mon soleil signe tous vos fléaux !

...

 

René DEPESTRE, Action Poétique n° 32-33, 1967

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel