Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Claude ESTEBAN et l'AILLEURS

lierre,statue,femme,

 

Peut-être viendra-t-elle

et je ne la reconnaîtrai plus, un soir,

elle, si jeune maintenant et brune, sans que

j'entende ses pas

et ce sera brusquement

le même désir emmêlé de nous et

je toucherai cette bouche

qui ne peut mentir

ni me dire qu'on l'attend ailleurs et que ce soir

elle passait très vite.

 

Claude ESTEBAN, Le jour à peine écrit, Gallimard, 2006

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel