Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Claude ESTEBAN dans son CORPS

tête,ombre,

 

Le corps

comme arraché de soi

 

le souffle

court

 

coupé, repris, ramassé

une fois encore

 

dans l'alvéole

rouge

 

je suis ce corps, je suis l'air

qui le traverse.

 

Claude ESTEBAN, Étranger devant la porte I Variations, Léo Scheer, 2001

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel