Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

TRAVAILLER

cheminée,tannerie,

 

Pas comme ces forcenés le regard captif du capiton de leurs écrans, avides de surplomber le troupeau, mais à la façon de ces chiens de berger qui dédaignent l'os à ronger dans leur obstiné besoin de travailler, de contraindre aux jarrets la chair vivante tendue vers un but toujours opposé diamétralement, j'applique ma mâchoire à contrer sa résistance, saisir ce qui s'échapperait sinon.
Besoin de travailler.

 

 

▶︎ Vent du jour : Moi, Travaux domestiques ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel