Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gisèle PRASSINOS encore dans le SOIR

prophètes,soir,cathédrale,

 

Le soleil claironne l'approche du soir

embrase la barbe des nuées.

Encore un jour laissé

de l'autre côté du temps.

 

Qui ne le sait ?

 

Seul le lilas étourdi

écoute la mort des abeilles sans pâlir

 

Gisèle PRASSINOS, L'instant qui va, Folle Avoine, 1985

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel