Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jean-Pierre LEMAIRE : DÉJÀ l'ÉTÉ

ombre,pénombre

 

Accroupie sur le seuil et nous tournant le dos

tu lèves le nez vers les acacias

pour parler aux oiseaux ; nous, de la pénombre

nous tâchons de suivre la conversation

vive, sensée, intraduisible

où tu leur racontes en langue indigène

tout ce que les parents ne peuvent entendre

depuis qu'ils sont sortis du ciel en grandissant

 

Jean-Pierre LEMAIRE, Le pays derrière les larmes, Poésie-Gallimard, 2016.

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel