Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le CORPS selon Ariane DREYFUS

main,

 

Mon corps est né quand elle prit et garda ma main dans la sienne,

Ce sont mes tablettes.

Plus elle serrait, plus les blés existèrent tandis qu'on courait.

 

Ariane DREYFUS, Quelques branches vivantes, Flammarion, 2001.

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel