Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Étienne FAURE ENTEND des VOIX

carrelage,ciment,église,

 

...

La voix suraiguë en chantant devient grave, souterraine, sauvegardée de la vie courante, et resurgit plus sourde, libérée du torse où habitent, une octave en-dessous, l'ogre et ses cordes rauques, le plus sépulcral des gospels. Ainsi font les bègues en fredonnant qui retrouvent semblablement la fluidité rêvée, ou bien prolongées d'une trompette les voix qui chantaient faux tout à l'heure et soudain sonnent juste, éclatantes et riant à gorge de cuivre.

...

 

Étienne FAURE, Et puis prendre l'air, Gallimard, 2020

 

 

▶︎ Vent du jour : Poésie ▶︎ 0 vent(s) de la plaine Lien permanent

Écrire un commentaire

Optionnel